RMC Sport

Mondial de handball: pourquoi les Bleus ont totalement raté leur demi-finale

L'équipe de France a pris une leçon (38-30), vendredi, en demi-finales du Mondial face à une formation danoise emmenée par un Mikkel Hansen une nouvelle fois impressionnant. Après la rencontre, les Bleus avaient bien conscience d'avoir été totalement dépassés dans tous les domaines.

Un naufrage. Une gifle. Une déroute. Doubles champions du monde en titre, les Bleus ont été balayés par le Danemark (38-30), vendredi, en demi-finales du Mondial. Pas inspirés en attaque, en très grande difficulté sur le plan défensif et globalement trop statiques, ils n’ont jamais fait illusion face à une machine scandinave parfaitement huilée autour de son maître à jouer Mikkel Hansen. Une sérieuse déconvenue pour une équipe de France désormais dépossédée de tous ses titres. "On s’est peut-être laissé dépasser par les événements", a analysé Didier Dinart à la fin de la rencontre, au micro de RMC Sport.

Lucide sur le faible niveau affiché par ses troupes durant cette demi-finale, le sélectionneur de l’équipe de France a tenu à saluer la prestation danoise. "C’est une équipe très expérimentée, qui a su apprendre dans la douleur. Le Danemark était peut-être vexé parce qu’on a dominé plusieurs fois cette équipe. La France était l’équipe à battre", a avancé Dinart, déjà tourné vers l’avenir. "On a une jeune génération qui continue à apprendre. On veut toujours garder notre visage de favoris, il faut toujours positiver", a-t-il confié. Les entrées réussies de Romain Lagarde (21 ans) et Melvyn Richardson (21 ans) sont justement des symboles d’espoir pour des Bleus bien conscients d’avoir raté leur demi-finale. La faute, entre autres, à une défense larguée.

"Ils ont marqué des buts facilement"

"On a été pris à chaud. Le Danemark a très bien commencé, on a été très en difficulté. On a été en dessous. C’est une défaite logique. Tout rentrait, mais on n’accable pas nos gardiens. On n’a peut-être pas été au rendez-vous. Le Danemark a survolé ce match. C’est dur moralement. Il falloir retrouver des ressources pour aller chercher la médaille de bronze", a souligné Ludovic Fabregas. Car oui, le tournoi des Bleus n’est pas encore terminé. Ils ont encore le match pour la troisième place à disputer, dimanche (14h30), face à l’Allemagne ou la Norvège. Reste à savoir s’ils auront d’ici là réussi à remonter la pente.

"C’est surtout dans la tête que c’était compliqué. On a perdu beaucoup de ballons, on leur a donné des occasions. Ils ont marqué des buts facilement. Notre défense a été en difficulté. Le Danemark a très bien joué en attaque placée. C’est une très bonne équipe. On n’a pas su les contrer. On s’est retrouvé sans solutions", a appuyé Michaël Guigou. Le Danemark, de son côté, tentera dimanche d'être sacré champion du monde pour la première fois de son histoire.

RR avec Maureen Lehoux