RMC Sport

Costantini : « Que s’est-il passé dans la tête de Karabatic ? »

Daniel Costantini

Daniel Costantini - -

Membre de la Dream Team RMC et ex-sélectionneur de l’équipe de France de handball, Daniel Costantini est revenu longuement sur l’affaire des paris suspects qui ébranle depuis une semaine le club de Montpellier.

L’écœurement

« Je suis écœuré. Je veux d’abord présenter mes excuses à Patrice Canayer (entraîneur de Montpellier, ndlr) car il a dit que je parlais trop. Quand tu es devenu journaliste-consultant, si tu la fermes quand il y a un petit problème, c’est quand même un peu gênant. On en fait beaucoup pour la nature même de cette affaire. Je crois que derrière ça, il y a une recherche d’exemplarité. Parfois, il y a l’exemplarité dans le beau, dans le bon et dans l’efficace. Certains de ces joueurs en ont bénéficié à certains moments. Là, c’est l’exemplarité dans « plus jamais ça » et expliquer à tous les sportifs de haut niveau qu’il ne faut pas se mélanger les crayons. Quand on est athlète de haut niveau, on ne devient pas parieur. »

Nikola Karabatic

« Lui, c’est le commandeur ! On l’a érigé à ce niveau. On a dit : « Il est intelligent, combatif, malin, il a tout, il se balade ! » Le commandeur a des pieds d’argile. Pour fauter comme ça, avec une somme aussi dérisoire pour lui… Vraiment, je ne comprends pas. Que s’est-il passé dans la tête de Nikola Karabatic (le procureur affirme qu’il a bien parié 1500€) pour se lancer dans un truc comme ça ?… Moi, j’aimerais savoir qui est à l’origine de cette idée. Parce qu’il y en a bien eu un dans le groupe qui a dit : « Il y a un filon, un plan. On peut gagner du blé sans se faire mal, sans se blesser. » On ne saura jamais. Les gens tiennent leur langue. C’est très dommageable. Il faudrait qu’un jour Nikola nous explique comment il a pu tomber dans ce travers-là. Surtout qu’il faisait partie de ceux qui étaient les plus avertis puisque les joueurs étaient avertis au préalable par le syndicat des joueurs. Et puis, les internationaux l’étaient par la Française des Jeux elle-même puisque c’est un partenaire de l’équipe de France masculine de handball. C’est incroyable. »

Canayer trahi par ses protégés

« Je pense que le mot de trahison est bien choisi par Patrice Canayer. Il a toujours été le symbole de cette équipe. On peut employer des métaphores semblables quand un groupe ou quelqu’un ne respecte pas la confiance qu’il doit avoir par rapport à une personne. Il a été pris en traitre. Il doit être meurtri. Mais il a du caractère. Il ne va pas abandonner. C’est lui qui a fait ce club et qui va faire en sorte que le club reprenne sa véritable position. » 

Le déchainement médiatique

« Le déchainement médiatique me gêne, mais le déchainement médiatique il est causé par le déchainement policier. Il y a quand même beaucoup de journalistes qui étaient à Coubertin pour voir un très beau match de handball. Il y a un petit nombre qui était venu parce que ça sentait un peu la poudre. Et ils ont obligé ensuite les journalistes à devenir des journalistes d’investigation, à coller aux basques des voitures qui partaient pour Nanterre. Ce qui me choque aussi, c’est que des joueurs de l’équipe de France de handball, avertis plusieurs fois par plusieurs canaux qu’il ne fallait surtout pas être mêlés de près ou de loin à des paris non pas en ligne mais en « dur », se soient complus à ce genre de compromissions. Ça m’a empêché de dormir cette nuit. Mais pourquoi ces garçons ont-ils fait ça ? Je n’ai pas la réponse à la question. Je leur en veux. Cette sorte de publicité pour le handball, on s’en serait passé. Moi, je préférais l’époque où nous devions nous mettre à genoux pour que les médias s’intéressent à nous que ce déferlement médiatique. Mais là, il y a une frénésie médiatique. Quand tu te dis que tous les journaux ouvrent là-dessus, alors que deux gamins sont morts… »