RMC Sport

De rudes Ibères pour commencer

Romero

Romero - -

Le premier adversaire des Français dans cet Euro est à la fois un rival de taille et une vieille connaissance.

« Le match contre l’Espagne ? Une finale potentielle ». Claude Onesta a savamment choisi la formule pour évoquer le premier adversaire des Bleus à l’Euro 2012. Troisième du dernier Mondial, les Espagnols font clairement partie des favoris de ce championnat d’Europe. Et, par conséquent, des candidats au scalp des Experts. « On va jouer un gros morceau, une équipe contre laquelle on a fait match nul lors de nos deux dernières confrontations », glisse Guillaume Joli, meilleur buteur du championnat local avec son club de Valladolid. Accrochés l’an passé en Suède (28-28) au Mondial et un an encore auparavant en Croatie (24-24) lors de l’Euro, les Bleus se méfient de leurs rivaux, toujours prompts à leur mettre, mieux que personne d’ailleurs, des bâtons dans les roues. « Ils ont fréquenté et fréquentent quelques-uns des meilleurs éléments français, explique l’ancien sélectionneur Daniel Costantini. Ils connaissent par cœur Didier Dinard. Ils ont fréquenté Jérôme Fernandez. Aujourd’hui, c’est Luc Abalo, Guillaume Joli… Ce handball-là, l’Espagne le connaît. »

« Les Espagnols en ont un peu marre »

Le jeu tricolore n’a que peu de secrets pour la Roja. Rien d’étonnant à cela tant les deux nations ont une fâcheuse tendance à jouer les sœurs jumelles. « L’Espagne a un peu notre profil, reconnaît Onesta. Ce sont des latins très joueurs et expérimentés. Ils sont imprévisibles aussi et très difficiles à débrancher une fois euphoriques. Ils jouent bien contre nous et forcément, diminuent notre rayonnement. » Bonne nouvelle néanmoins : Arpad Sterbik, le redoutable dernier rempart ibère, ne sera pas en Serbie. « Jusqu’à la période des Experts, on a partagé les victoires avec eux. Depuis, on est systématiquement devant et ils en ont un peu marre. Les Espagnols aimeraient retrouver leur verve d’antan. » Face à des Français plus que jamais attachés à ne pas perdre, la confrontation promet d’être épicée.