RMC Sport

Faut-il encore y croire ?

Xavier Barachet et les Bleus doivent absolument battre la Croatie pour espérer se qualifier pour les demi-finales

Xavier Barachet et les Bleus doivent absolument battre la Croatie pour espérer se qualifier pour les demi-finales - -

Si elle n’a plus son destin en main après un 1er tour indigne de son talent, l’équipe de France entretient un mince espoir de qualification pour les demi-finales de l’Euro serbe. Etats des lieux des chances des « Experts », avant une rencontre décisive contre la Croatie à partir de 18h10.

Oui, le moral est retrouvé

Dimanche soir, les Bleus auraient déjà pu faire une croix sur une place en demi-finale. Vainqueur de la Slovénie (28-26), l’équipe de France a profité de la victoire de l’Espagne sur la Croatie (24-22) et de l’Islande sur la Hongrie (27-21) pour augmenter ses chances de faire partie du dernier carré de cet Euro. Un scénario qui fait que l’espoir est de nouveau permis. « On savait qu’on avait une chance, pas forcément improbable, d’avoir une telle opportunité, avoue Nikola Karabatic. On se retrouve presque avec un quart de finale face à la Croatie. » Si ces résultats changent considérablement la donne, ils ont surtout eu pour mérite de raviver une flamme qui semblait s’être éteinte au soir de la défaite contre la Hongrie lors du 1er tour (23-26). « Il y a de l’espoir car on voit les joueurs se bagarrer et essayer de trouver des solutions », souligne Claude Onesta, le sélectionneur tricolore.

Les coéquipiers de Jérôme Fernandez semblent enfin en mesure de résoudre les problèmes rencontrés lors du 1er tour, en particulier un grand manque de réussite au tir et une défense, habituellement socle des succès français, trop perméable. Regroupés ce lundi pour une séance vidéo sans le staff, les joueurs tricolores ont pu mesurer que le chemin vers leur meilleur niveau n’était plus très long à parcourir. « On dramatise beaucoup nos prestations alors qu’en fait, on ne joue pas si mal que ça, déclare Karabatic. Ce n’est pas du tout catastrophique. C’est même, à certains moments, pas mal du tout. »

Non, trop de paramètres entrent en jeu

Malgré ces raisons d’y croire, l’équipe de France est loin d’être qualifiée pour les demi-finales. D’abord parce que depuis le début de la compétition, trop de cadres n’évoluent pas à leur réel niveau, à l’image de Narcisse, Dinart, Fernandez ou Karabatic. « On est moins performants qu’avant, ça c’est sûr », avoue ce dernier. Un constat partagé par le sélectionneur tricolore : « Tant qu’on jouera avec autant de peur et de doutes, on aura du mal à exprimer ce que l’on a de meilleur. »

Surtout, le problème majeur est que les Bleus n’ont plus leur destin en main. Même en gagnant leurs deux prochains matchs, face à la Croatie et l’Islande, les « Experts » doivent espérer un faux-pas de la Hongrie pour se hisser dans le dernier carré. Un scénario d’autant plus hypothétique que la Croatie, adversaire des Bleus aujourd'hui à 18h10, pourrait disputer son dernier match face à la Hongrie en étant déjà éliminée. « J’ai arrêté de faire des calculs, concède Bertrand Gille. Pour moi, on est encore morts. Si à la fin on doit revivre, cela tiendra du miracle. »