RMC Sport

G. Gille : « Redevenus un peu terriens »

-

- - -

Après une très courte nuit, l’aîné de la fratrie Gille est revenu sur la défaite sans doute rédhibitoire des Bleus contre la Hongrie (26-23) à l’Euro 2012. Lucide, « Gino » analyse froidement une situation inhabituelle pour les Experts.

Guillaume, est-il possible de digérer cette défaite contre la Hongrie ?

Vous (les journalistes, ndlr) pouvez le voir à ma tronche, les cernes sont bien là. La tête fait toujours un peu mal. La nuit a été très courte et bercée par des pensées difficiles à accepter. Elles sont relatives à un échec. On n’a pas été au rendez-vous de ce match et on se retrouve dans une position qui est plus que délicate pour la suite de la compétition.

A quoi pense-t-on dans ce genre de situation ?

Au match, aux situations mal négociées, à soi aussi. Qu’est-ce que j’ai fait de mal ? Quels sont les détails qui auraient pu faire pencher la balance de notre côté ? On pense aussi au groupe. Tous les constats sont malheureusement insuffisants. Du coup, ça fait mal à la tête.

Avez-vous tiré un trait sur les demi-finales ?

(Long soupir) Je ne sais pas. Je n’ai pas envie de parler des demi-finales. On doit prendre les prochains matches avec le désir de montrer autre chose que les performances sur courant alternatif. C’est ce qui doit nous motiver. C’est moins glorieux d’entrer dans le tour principal avec zéro point que dans la peau d’un favori pour les demies. Et alors ? On va se bagarrer. Si on doit tomber, on tombera avec les armes. On affronte cette situation après avoir enchainé les parcours quasi-inhumains. Il faut se le dire, on est redevenu un peu terrien.