RMC Sport

Gardent : « Barcelone n’est pas imbattable »

Philippe Gardent

Philippe Gardent - -

Ce dimanche, le PSG Handball reçoit le FC Barcelone à la Halle Carpentier (17h00) pour la quatrième journée de Ligue des Champions. Un match de gala que Philippe Gardent, l’entraîneur du PSG, aborde en tant qu’outsider. Sans exclure une surprise pour autant.

Ce match contre le Barça n'arrive-t-il pas trop tôt ?

Ce match est une bénédiction dans le sens où quand on joue la Ligue des Champions et qu’on fait du handball de haut niveau, c’est pour disputer ce genre de rencontre. Il faut plus le prendre comme une forme de récompense par rapport au travail fourni l’an dernier, puis comme un super challenge. C’est certainement la meilleure équipe d’Europe donc je crois qu’on ne peut que se délecter que d’un tel match. Est-ce qu’il arrive trop tôt ? Je ne sais pas, il n’y a pas de réponse. Si ça avait été plus tard, on aurait peut-être préféré le jouer avant. Je pense que c’est le bon moment, ça va être un bon moyen pour nous de savoir comment on se situe par rapport à une des favoris de la Ligue des Champions tout en essayant de les battre. On est là aussi pour être le plus compétitif et essayer de battre cette merveilleuse équipe.

Pour vous, c'est actuellement la meilleure équipe d'Europe ?

Le niveau est très serré. On l’a vu l’an dernier au Final Four avec une équipe comme Hambourg qui a réussi à battre Barcelone. Mais indiscutablement, elle fait partie des quatre meilleures, et c’est certainement la plus complète, une des plus expérimentées aussi. Tant d’ingrédients qui font indiscutablement d’elle le grand favori de cette compétition.

En championnat, Barcelone n'est pas vraiment poussé dans ses retranchements. N'est-ce pas un danger pour eux ?

C’est l’éternelle question. Le fait de ne pas avoir d’adversité conséquente fait que le club peut tomber dans une forme de routine, en effet. D’un autre côté, ces garçons sont des compétiteurs, habitués à cette compétition. Et le fait d’avoir un championnat très facile fait qu’ils sont plus frais physiquement. Donc ça s’équilibre.

« Le fait d'avoir pris Karabatic et Lazarov, c'est quand même copieux »

Cette équipe a-t-elle des faiblesses ?

Elle n’est pas imbattable. L’an dernier, elle a perdu. Alors elle s’est très bien renforcée cet été parce que les deux postes un peu fragiles étaient ceux d’arrières gauche et droit. Le fait d’avoir pris Karabatic et Lazarov, c’est quand même copieux. Mais je pense si on arrive à leur tenir la dragée haute, elle peut se mettre à douter. On l’a vu contre Vardar Skopje, elle n’a pas pu véritablement réciter son handball. A nous d’être dans la course et d’attendre la petite fenêtre de tir qu’il peut y avoir. S’il y en a une.

Est-ce que les difficultés rencontrées étaient prévisibles ou vous y attendiez-vous ?

Avoir des difficultés comme celles que l’on en a en ce moment – c’est-à-dire d’être invaincu en championnat et toujours dans le course en Ligue des Champions – ça me va. Si on nous critique là-dessus, c’est très bien. La seule question que je me pose, c’est : « quand on va perdre en championnat, qu’est-ce que ça va être ? » Pour l’instant on ne perd pas et on nous cherche des poux dans la tête. Je ne peux pas empêcher certaines personnes de fantasmer. On a un bon groupe, un bon public, une belle image. Donc c’est normal quelque part que l’on crée ce genre de sentiment. En ce qui concerne l’évolution, on est une équipe qui commence à trouver de la stabilité défensive et offensive. On est en train de retrouver ce qui a été notre valeur en fin de préparation. Il ne manque plus qu’à faire un bon résultat dans une belle affiche pour concrétiser tout ça.

A lire aussi : Abalo et Karabatic se donnent rendez-vous Costantini : "Hansen-Narcisse, c'est Cavani-Ibrahimovic" Montpellier, un an après 

Propos recueillis par Rodolphe Massé