RMC Sport

Gare au faux-départ !

Nikola Karabatic

Nikola Karabatic - -

Les Bleus, champions du monde en titre, souhaitent soigner leur entrée dans la compétition, vendredi contre la Tunisie (18h), pour ne pas connaître les mêmes retards à l’allumage qu’à l’Euro 2010.

« L’an dernier (au Championnat d’Europe, en Autriche), on a galéré sur les quatre, cinq premiers matches, on a fait des matches nuls, on a gagné d’un but. Attention, tout le monde progresse, l’Allemagne, la Croatie, la Norvège, la Suède, l’Espagne... » La mise en garde provient du meilleur joueur mondial 2007, pilier de l’équipe de France, qui s’apprête à disputer son troisième Mondial : Nikola Karabatic. Le retard à l’allumage des Experts, malmenés alors par la Hongrie, la Tchéquie et l’Espagne, ne les a pas empêchés d’être sacrés à Vienne, mais comme le rappelle le Montpelliérain : « Rien n’est jamais gagné d’avance. »
D’autant que les France-Tunisie ont toujours une saveur particulière. Privée de podium au Mondial 2005 par la bande à Claude Onesta, les octuples champions d’Afrique n’ont jamais digéré cette 4e place. Un antagonisme qui a toujours existé comme se souvient Daniel Costantini, sélectionneur des Barjots : « Ils ont l’habitude de nous titiller, de nous empêcher de tourner en rond. Aux Jeux de Sydney, au 2e match, on les a battus sur un tout petit score (17-14), alors qu’on était à 14-14 à dix minutes de la fin…»

Une Tunisie endeuillée

Ce match ne pourra pas évidemment occulter les graves événements qui ont endeuillé la Tunisie ces derniers jours. Mais les Tunisiens, qui comptent beaucoup d’internationaux évoluant en D1 française, auront à cœur, vendredi à Kristianstad, de montrer leur meilleur visage face à leur « employeur ». Particulièrement l’excellent pivot montpelliérain Issam Tej, qui devra animer un collectif privé de deux autres Héraultais, les arrières Wissem Hmam et Aymen Hammed. « Ils sont un peu moins performants qu’il y a quatre, cinq ans et ils leur manque des joueurs majeurs », admet néanmoins le sélectionneur tricolore.
Reste que, côté français, les défections de joueurs importants (Narcisse, Ostertag, G. Gille) et les incertitudes qui entourent le retour de Guigou, laissent planer un doute sur l’issue de la rencontre. Quatre jeunes, dont les bizuths William Accambray et Bertrand Roiné, vont être lancés dans le grand bain. « Les joueurs considérés comme remplaçants devront prendre une part conséquente de façon à ne pas puiser sur nos cadres dès les premiers jours », prévient Onesta. « On a un groupe relevé avec la Tunisie championne et l’Egypte vice-championne d’Afrique, l’Allemagne championne du monde 2007, l’Espagne championne du monde 2005, mais on a la capacité d’empêcher nos adversaires de dormir aussi. » A condition de se lever du bon pied, vendredi contre la Tunisie.

Louis Chenaille (avec R.M.)