RMC Sport

Karabatic "a parié, mais pas triché"

Le joueur français Nikola Karabatic lors de son interpellation, dimanche.

Le joueur français Nikola Karabatic lors de son interpellation, dimanche. - -

Sept joueurs de handball, dont cinq de l'équipe de Montpellier, ont été transférés dimanche en fin de journée à la brigade des jeux de Nanterre. Au total, 17 personnes ont été interpellées dans le cadre de cette affaire de paris truqués.

L'icône du handball français Nikola Karabatic et 16 autres personnes ont été interpellés dimanche par la police, dans le cadre de l'affaire du match présumé truqué sur fond de paris sportifs entre son club de Montpellier et Cesson-Sévigné le 12 mai dernier.

Toutes devraient être interrogées sur la rencontre entre Montpellier et Cesson-Sévigné le 12 mai, remporté par la seconde équipe alors que le club héraultais était déjà sacré champion de France. Une rencontre sur laquelle avait été enregistré un montant anormal de paris.

Ils "n'ont pas laissé filer le match"

Selon Me Eric Dupond-Moretti, avocat de Nikola Karabatic et de son frère Luka, les deux joueurs "ont bien parié", mais "n'ont pas laissé filer le match, n'ont pas triché".

"Ils ont parié, c'est une infraction sportive, pas une infraction pénale (...) Pour que la justice puisse intervenir dans cette affaire, on a besoin d'un match truqué, faute de quoi, sur le plan pénal, il n'y a rien" a-t-il poursuivi.

Des aveux pour les paris

Même son de cloche du côté de l'avocat Jean-Yves Lienard, qui défend un autre des joueurs interpellés, ceux-ci vont "très probablement" reconnaître avoir parié, mais vont nier avoir triché.

Sept joueurs parmi les interpellés

Parmi ces personnes interpellées, notamment à Paris et Montpellier, figurent sept joueurs du club héraultais, figure de proue du handball français depuis 15 ans.

Les policiers ont embarqué dans leurs véhicules Nikola Karabatic, double champion olympique et double champion du monde en titre, son frère Luka, et quatre autres membres de son équipe, le Tunisien Wissem Hmam, le gardien français Michaël Robin, et les Slovènes Dragan Gajic et Primoz Prost, ainsi que leur kinésithérapeute Yann Montiège.

Les autres interpellés sont des personnes de l'entourage des joueurs, dont deux compagnes, ainsi que des personnes en charge de la distribution de produits de la Française des Jeux.

Vers une prolongation des gardes à vue ?

Les gardes à vue pourraient "être prolongées", a affirmé devant la presse Me Franck Nicolleau, avocat de Dragan Gajic et Primoz Prost, deux joueurs slovènes de Montpellier. A l'issue de leur audition, ces personnes pourront être relâchées sans poursuite ou éventuellement présentées à un juge pour une possible mise en examen.

Le procureur de la République de Montpellier doit tenir une conférence de presse lundi en milieu d'après-midi.

Les paris litigieux portaient sur le résultat du match à la mi-temps, pour lequel ont été engagés des paris anormaux dans le temps, sur le montant et sur le type de paris. Quelque 80.000 euros de paris ont été pris en quelques heures sur le résultat à la mi-temps. Les gains des parieurs sont estimés à près de 200.000 euros.

BFMTV avec AFP