RMC Sport

Karabatic gagne une bataille

Nikola et Luka Karabatic

Nikola et Luka Karabatic - -

Sportivement, Nikola Karabatic (au même titre qu'Issam Tej et Dragan Gajic) a été blanchi en appel par sa fédération dans l'affaire des paris suspects, qui a cru en sa bonne foi. Reste maintenant à savoir ce que les juges du parquet de Montpellier vont décider.

Nikola Karabatic a obtenu la levée de ses six matches de suspension par le jury d’appel de la Fédération française de handball (FFHB), vendredi. L’ex-star de Montpellier, passé début 2013 à Aix-en-Provence jusqu’à la fin de la saison, a obtenu gain de cause au nom de sa bonne foi dans l’affaire des paris suspects. La FFHB a également blanchi Issam Tej et Dragan Gajic.

« Le jury d'appel a considéré souverainement qu'un doute subsistait quant à la matérialité des fautes reprochées aux intéressés, indique la FFHB dans un communiqué. Ainsi, le jury d'appel a décidé de relaxer les trois joueurs. » Une bonne nouvelle pour le centre de l’équipe de France, qui affirme depuis le début qu’il n’était pas au courant des prises de paris effectuées par sa compagne Géraldine Pillet dans le cadre du match à Cesson, le 12 mai dernier.

L’instruction pénale toujours en cours

Pour autant, si Karabatic s’en tire bien au niveau disciplinaire, rien ne dit qu’il en sera de même au niveau pénal. Les deux juges poursuivent l’instruction de l’information judiciaire ouverte l’an dernier, et Karabatic comme d’autres joueurs sont toujours mis en examen. Des faits qui avaient définitivement consommé le divorce entre le club de Montpellier et son joueur emblématique.

En attendant, le jury d’appel de la fédération s’est également montré clément envers d’autres joueurs. Elle a ainsi allégé les sanctions de Mladen Bojinovic, Samuel Honrubia, Luka Karabatic et Primoz Prost, qui ont vu deux de leurs matches de suspension assortis de sursis. Enfin, la FFHB a annulé les pénalités financières de 1 350 € par joueur infligées au MAHB.

Paris suspects : sanction maximale pour Karabatic et les six autres

Karabatic : «Ça va etre cinq mois d'enfer ! »