RMC Sport

Le hand français change de dimension

Mikkel Hansen et Didier Dinart

Mikkel Hansen et Didier Dinart - -

Avec l’arrivée du PSG version qatarie et de ses stars, le retour des Experts champions olympiques dans les clubs de l’hexagone et l’attractivité de la LNH, le championnat de France de handball entre dans une nouvelle ère alors que s’ouvre ce soir la saison (Billère-Montpellier à 20h45).

Tout le monde se souvient des envolées spectaculaires de Luc Abalo sous le maillot de l’équipe de France, de la queue de cheval et de la barbe hirsute de Bertrand Gille ou encore du roc tricolore Didier Dinart, indéboulonnable en défense. Exilés aux quatre coins de l’Europe depuis plusieurs années, 11 des 15 champions olympiques de Londres évolueront sur les parquets français cette saison. Un retour à la maison qui prouve le nouveau pouvoir d’attraction du championnat de France. « Le championnat a beaucoup changé, c’est plus professionnel et de grands noms arrivent, souligne Didier Dinart. Sur la scène européenne, les clubs français sont de plus en plus présents. Il y a une vraie ferveur dans le championnat. »

En pleine croissance depuis l’avènement des Experts sur la scène internationale, la LNH a bénéficié d’une recrue de taille pour franchir un cap. Le PSG et ses 9,2 millions d’euros de budget (contre 7,4 à Montpellier) ont décuplé l’attractivité de la LNH par rapports aux autres championnats. « Tout le monde me dit : « Pourquoi tu n’es pas allé en Allemagne ou en Espagne pour vivre un championnat plus attractif ? » Là, on est en plein dedans, lâche Michael Guigou, ailier gauche des Bleus et de Montpellier. Il y a de grands joueurs qui viennent, des équipes qui ont le budget et la capacité de faire venir de grands joueurs. Pour moi, ça va être une nouvelle carrière dans un nouveau championnat. »

Hansen : « Le 2e plus grand championnat au monde »

L’hégémonie de Montpellier, champion de France en titre depuis 5 années consécutives, est même clairement remise en cause par les transferts de l’été. Le PSG, Dunkerque, Chambéry, Nantes et Saint-Raphaël font figure d’outsiders plus que crédibles face à l’ogre héraultais. « C’est très ouvert et c’est une saison qui s’annonce excitante, analyse l’entraîneur montpelliérain, Patrice Canayer. On aura beaucoup plus de matchs difficiles et chaque rencontre sera compliquée à gérer. Pour le public ce sera passionnant de suivre cette saison et même pour les acteurs. »

Une LNH qui se paye même le luxe d’accueillir le meilleur joueur du monde, Mikkel Hansen, dans les salles de l’hexagone. « Il y a beaucoup de grands joueurs en France, confie l’international danois, nouveau joueur du PSG. Pour moi, c’est le 2e plus grand championnat du monde. On connait le niveau de la Bundesliga en Allemagne. Mais la LNH est vraiment très proche de son niveau. » Les derniers tricolores encore en Allemagne n’ont pas tardé à s’en apercevoir puisque dès la saison prochaine, Thierry Omeyer rejoindra Montpellier. « On a la chance d’avoir un championnat qui intéresse beaucoup de monde, détaille le président de la Ligue Nationale de Handball, Philippe Bernat-Salles. On en est fier. La télé et les médias sont de plus en plus présents. Cet ensemble de choses fait croire que le championnat de France est sur une bonne pente. Maintenant, il ne faut pas se rater. Mais je ne suis pas inquiet. Ca va commencer sur les chapeaux de roues. » Ne pas se rater, histoire de changer de dimension une bonne fois pour toute.