RMC Sport

Les Experts mettent le bleu de chauffe

Bertrand Gille

Bertrand Gille - -

Les handballeurs français préparent leur Mondial (13-30 janvier) à partir de samedi lors du tournoi de Paris où ils défieront l’Argentine (16h10), puis leur grand rival croate dimanche (16h30).

L’équipe de France va répéter ses gammes pendant deux jours à Bercy avant de s’envoler pour la Suède où elle défendra sa couronne lors du Championnat du monde, qui débute le 13 janvier. Les Experts de Nikola Karabatic, tout auréolés de leur titre continental acquis à Vienne, affronteront l’Argentine samedi et la Croatie le lendemain, dans un match qui fleurera bon la finale du prochain Mondial.

Les Bleus ont eu douze jours pour se préparer, dont quatre passés sur les bords de l’Atlantique à Capbreton. Pas de quoi approfondir la tactique mais « une remise en train », comme le souligne Claude Onesta, le sélectionneur. Hand le matin, muscu l’après-midi, les vingt joueurs retenus ont cultivé la flamme des succès antérieurs. « La réussite, c’est le boulot, pas les strass et les paillettes », lâche le pivot Bertrand Gilles. « Etre motivé, ça fait partie du naturel », glisse son compère Didier Dinart. « On a mis le bleu de chauffe », résume Thierry Omeyer.

« Sortir un match référence contre les Croates »

L’état d’esprit acquis, le groupe de Claude Onesta aborde les échéances de Paris et de la Suède amoindri par les forfaits de Guillaume Gille et Daniel Narcisse, et les incertitudes autour de Michaël Guigou. Les premiers pas samedi face à la rugueuse argentine sera à surveiller de près, mais plus encore le clash dominical avec les Croates. « C’est là qu’on doit sortir un match référence pour lancer notre Mondial », prévient Jérôme Fernandez.
Chacun aura à cœur de se distinguer, sachant qu’Onesta recalera quatre joueurs sur les vingt du stage et du Tournoi pour la Suède.

En Scandinavie, les Experts débarqueront dans la peau des favoris à abattre. Les joueurs auront forcément dans un coin de leur tête l’incroyable pari de réaliser la passe de quatre après les titres de 1995, 2001 et 2009. « Ça ne va pas être facile parce que tout le monde va nous attendre, tempère Dinart, mais il faut prendre le tournoi dans l’ordre : d’abord finir dans les sept premiers qui sont qualificatifs pour les JO, ensuite aller en demies, puis décrocher la médaille d’or. »

Louis Chenaille avec Rodolphe Massé