RMC Sport

Mondial : Portes donne le change

Alain Portes

Alain Portes - -

Plus calme et moins sanguin que son prédécesseur, Alain Portes semble déjà avoir apposé sa patte sur l’équipe de France féminine, auteur d’un départ réussi au Mondial serbe (2 succès en 2 matches, 3e rencontre face aux Pays-Bas ce soir à 20h30). Portrait d’un ancien « Bronzé ».

Pas très grand, un regard assez jovial et un accent bien du sud, Alain Portes tranche avec son prédécesseur Olivier Krumbholz. Sélectionneur de l’équipe de France féminine de handball depuis juin dernier, le Biterrois vient d’entamer le Championnat du monde en Serbie de la meilleure des façons avec deux victoires d’entrée. Deux succès qui devraient gonfler à bloc la sélection tricolore pour la suite de la compétition. Et la confiance, justement, c’est ce qu’il manque cruellement à cette équipe, si l’on en croit les dires du nouveau boss : « Elles avaient besoin de retrouver de la sérénité, du calme et de la confiance… »

Pour restaurer un climat propice à la performance, cet ancien membre des « Bronzés » de 1992 aux JO de Barcelone a déjà imposé certains choix. « J’ai déjà changé certaines choses, confirme-t-il. Par exemple, j’ai demandé aux filles… une uniformité vestimentaire ! » Une demande qui en a surpris plus d’une, à l’image de Mariama Signaté : « C’est vrai qu’on s’y attendait pas et ça fait bizarre… Vous imaginez passer un mois en survêtement ? ». De son côté, Nina Kanto apprécie ce changement : « J’ai passé treize ans avec Olivier Krumbholz, donc ça amène du changement, et ça amène aussi un peu de piment. » Allison Pineau, elle, souligne le fait qu’il « communique beaucoup avec les joueuses par rapport à l’ancien sélectionneur ».

Objectif JO

A l’aube d’une nouvelle aventure, un sentiment de sérénité et de tranquillité semble donc désormais habiter ce groupe en plein renouveau, contrairement à la fin de l’ère Olivier Krumbholz. Une fin d’exercice poussive (9e à l’Euro, 5e aux JO), mais qui ne doit pas faire oublier ses treize années à la tête des Bleues couronnées d’un titre de championnes du monde en 2003, deux places de vice-championnes en 2009 et 2011, et deux bronze européens en 2002 et 2006. En attendant de compiler les titres, Alain Portes aura pour mission première de qualifier l’équipe pour les JO de Rio en 2016. Pour parvenir à ses fins, l’ancien international tricolore aux 216 sélections compte s’appuyer sur un savant mélange de jeunes joueuses et de joueuses expérimentées. «Au premier rassemblement, explique-t-il, j’ai pris six filles qui ont connu leur première sélection, et des anciennes qui s’impliquent dans un nouveau projet. »

Durant ce Mondial, Alain Portes dit « Bip-bip » (c’est son surnom) ne s’est pas fixé d’objectif réel. Du coup, ce sont « ses » filles qui affirment leurs ambitions, à l’image de Cléopâtre d’Arleux qui avoue rêver d’« une médaille». Mais le premier gros rendez-vous de ce début de nouvelle ère sera de toute évidence l’Euro 2014, tournoi crucial jamais remporté par les Bleues et qualificatif pour les Jeux Olympiques de 2016 à Rio de Janeiro. En attendant de se projeter aussi loin, les Tricolores, actuellement premières de leur groupe, peuvent réaliser un joli coup en Serbie. La nouvelle histoire ne fait que commencer.

A lire aussi: >>> Mondial: La France en roue libre
>>> Mondial: Première sans fausse note pour les bleues
>>> Mondial: Les bleues en opération reconstruction
>>> Les bleus dans la bonne dynamique

La rédaction