RMC Sport

Montpellier, entre souffrance et silence

Nikola Karabatic

Nikola Karabatic - -

De retour à Paris après leur déplacement en Allemagne en Ligue des champions, les joueurs montpelliérains ont refusé de s’exprimer sur l’affaire des paris. Leur président, en revanche, a exprimé sa tristesse, tout en se montrant extrêmement déterminé.

Au lendemain de leur match nul face aux Allemands de Flensburg (37-37) en Ligue des champions, les Montpelliérains ont retrouvé le sol français. En début de soirée, une dizaine de journalistes les attendaient à l’aéroport Roissy Charles de Gaulle. Pas pour parler de leur belle prestation outre-Rhin. Ni pour évoquer le choc au sommet dimanche face au PSG (15h). Non, c’est bien sûr la sombre affaire des paris qui est dans tous les esprits. Mais du côté des joueurs de Patrice Canayer, pas un regard, ni une parole ne seront adressés aux médias. Nikola Karabatic et ses partenaires sont directement montés dans le bus. Direction l’hôtel, entourés d’une dizaine de CRS présents pour assurer leur sécurité.

Du côté des dirigeants, Rémy Lévy, le président du MAHB, n’a pas fui ses responsabilités. De Montpellier, il a balayé l’idée que son club puisse être impliqué dans cette affaire. Il a aussi indiqué que les joueurs impliqués dans cette affaire seront sanctionnés si les faits sont avérés : « On ne resterait pas les bras ballants, lâche, presque irrité, le patron héraultais. Compte tenu de la gravité de la faute, j’utiliserai le degré le plus haut dans l’échelle des sanctions. »

Lévy : « On est meurtri »

Enfin, il a rassuré les supporters des champions de France sur son implication au club : « Je ne lâcherai jamais. Vous pensez que ce serait une attitude responsable de lâcher la barre maintenant ? » Reste les sentiments, le ressenti. Patrice Canayer avait dit assister, peut-être, à la mort de Montpellier. Son président est sur la même corde sensible : « Patrice a été beaucoup touché, regrette-t-il. Il est là depuis 1995. Il a connu tous les titres, la Ligue des champions. Ce club, on y est attaché. Ce n’est pas une entreprise multinationale qui ouvre ou ferme des sites. Quand on reçoit des flèches comme celles reçues depuis mardi soir, on est meurtri. On a un sentiment de petite mort. Mais passé ce moment, on retrouve vite ses esprits. On n’a rien à se reprocher. Comme ce club est une institution au-dessus de tous les gens qui la compose, on continuera à se battre. »

Pour appuyer ses propos et aussi se donner un peu d’espoir, Rémy Lévy a enfin souligné que les partenaires, les supporters ou les dirigeants des autres clubs ont tous manifesté leur soutien à Montpellier. « Tous les gens sont derrière nous », assure le président. Ce samedi, le dirigeant aura encore l’occasion de s’exprimer. Une conférence de presse aura lieu à midi, avec à ses côtés Patrice Canayer. Les joueurs, eux, s’entraîneront à huis-clos.

Le titre de l'encadré ici

Honrubia : « Les Montpelliérains ont relevé la tête »|||

Ancien joueur de Montpellier, le néo-Parisien Samuel Honrubia attend de pied ferme ses ex-partenaires, dimanche, pour le premier sommet du championnat de France de handball. Une rencontre au cours de laquelle planera forcément l’affaire des paris en ligne dans laquelle pourrait être impliqués plusieurs joueurs montpelliérains. Un sujet très sensible qu’Honrubia a évoqué du bout des lèvres ce vendredi : « Pour eux, le contexte n’est pas idéal mais on fait avec, observe l’international tricolore. Ils ont levé la tête. Ils ont montré qu’ils étaient capables de passer au-dessus de ça. » Une référence au nul rapporté d’Allemagne par le MAHB face à Flensburg (37-37), mercredi en Ligue des champions.  Gêné, l’entraineur du PSG Handball n’a  pas voulu trop faire de commentaires. Il a simplement expliqué au micro de RMC Sport que les Montpelliérains « avaient fait un bon match et un bon résultat. Je ne pense pas qu’ils seront troublés, ce sont de grands professionnels », a déclaré le technicien parisien.