RMC Sport

Montpellier prépare déjà « l’après-30 septembre »

Patrice Canayer et Nikola Karabatic

Patrice Canayer et Nikola Karabatic - -

Touchés mais pas coulés, Rémy Lévy et Patrice Canayer, président et entraîneur de Montpellier, ont indiqué ce lundi être déjà à l’heure du rebond et en phase de reconstruction. Et que des sanctions exemplaires devraient tomber en cas de faute grave.

Ils ont fait front. En première ligne depuis la révélation de l’affaire dite des paris suspects, Patrice Canayer et Rémy Lévy, respectivement entraineur et président du MAHB, ne se sont pas dérobé en conférence de presse, la cinquième en six jours, ce lundi. Ebranlé, le club treize fois titré lors des quinze dernières saisons tente de faire face, alors que certains de ses joueurs sont toujours en garde à vue dans les locaux de la section courses et jeux de la Direction centrale de la police judiciaire de Nanterre. De fait, comme l’a indiqué d’entrée de jeu le président Lévy, avocat de formation, aucune réponse n’aura été donnée concernant l’enquête en cours. « Elle s’accélère, il y a des droits à respecter ».

Cependant, beaucoup de signaux ont été envoyés concernant d’éventuelles sanctions « qui seront à la hauteur de la gravité des fautes commises », si les faits avancés étaient confirmés. « On ne se cachera pas derrière la lenteur de la procédure pour prendre nos responsabilités. Le code du travail permet de rompre un contrat de travail en cas de faute grave. » Pour le président Lévy, donc, pas d’états d’âme avec les joueurs mis en cause : « Les joueurs sont des salariés. Nous sommes dans un rapport juridique. Nous ne sommes pas dans des relations affectives mais salariales ».

Canayer : « Le club se sent trahi »

A bien écouter, le club est donc clairement déjà dans l’après-30 septembre, dans une phase de reconstruction. Patrice Canayer, l’entraîneur héraultais depuis 17 ans, en est convaincu. Le ton est ferme, la voix assurée. A Toulouse mercredi, pour le compte de la 4e journée de championnat, « on n’ira pas pour participer mais pour gagner (…) Venez au match mercredi et vous verrez ! L’ambition du club de Montpellier ne s’est pas arrêtée au 30 septembre (…) On n’est pas démunis, on a des jeunes joueurs, ne vous inquiétez pas (…) Bien qu’il y aura immanquablement pour ce club un avant 30 septembre et un après 30 septembre ».

Les deux hommes forts de Montpellier ont aussi et surtout martelé que le club passait au-dessus de tout, et qu’il y avait urgence à faire avancer l’institution MAHB. « « Le club n’appartient ni à Patrice Canayer, ni à Rémy Lévy, ni à Robert Molines (ancien président). Il appartient à la ville de Montpellier (…). Aujourd’hui, le club se sent trahi », a ajouté Canayer. Et de retourner une question : « Ecoutez, les joueurs qui parient sur la défaite de leur équipe, qu’est-ce que c’est pour vous ? ». Lire entre les lignes, une trahison, une faute grave, bien qu’il faille attendre les conclusions de l’enquête. Mais l’avenir semble se préparer à toute allure du côté de Montpellier. L’après-30 septembre a déjà commencé.