RMC Sport

Paris suspects : semaine capitale pour Karabatic

Semaine capitale pour Nikola Karabatic

Semaine capitale pour Nikola Karabatic - -

De mardi à jeudi, le demi-centre international de Montpellier enchainera une convocation devant le juge, un passage devant la commission disciplinaire de la Ligue et enfin, devra négocier la fin de la période des mutations qui scellera son avenir à Montpellier. Ou ailleurs.

Où en est l’enquête ? 
Près de quatre mois se sont écoulés depuis la mise en examen de treize personnes, parmi lesquelles Nikola Karabatic et son jeune frère Luka, pour escroquerie aux dépens de la Française des Jeux dans le cadre de l’affaire des paris suspects pris à la mi-temps du match Cesson-MAHB, le 12 mai 2012. Le 25 octobre, la justice lève le contrôle judiciaire sur plusieurs d’entre eux, dont les deux frères et leurs compagnes. Le champion de France se sépare de Luka Karabatic et Primoz Prost, deux joueurs ayant avoué aux enquêteurs avoir parié, mais réintègre l’aîné des Karabatic. Le 4 novembre, le demi-centre international retrouve les Bleus lors du succès contre la Turquie. Le 23 janvier, le Midi Libre affirme que le joueur avait téléchargé l’application Parions Sport sur son Smartphone et sur son ordinateur portable la veille du match à Cesson. Le soir-même, la France s’incline lourdement en quarts du finale du Mondial face à la Croatie, avec un Karabatic transparent. Le lendemain, Luka et sa compagne Jennifer Priez sont entendus. Ce lundi, les joueurs du MAHB, Issam Tej et Dragan Gajic, sont à leur tour convoqués. C’est maintenant au tour de Karabatic d’avoir rendez-vous avec son avenir. Mardi devant le juge, mercredi à la Ligue, et alors que jeudi prend fin la période de mutations en handball, date butoir pour voir le joueur rester à Montpellier, ou partir à Aix-en-Provence voire ailleurs.

Phung charge Canayer
Alors que Nikola Karabatic s’apprête à se présenter devant le juge, la défense tente d’allumer des contre-feux pour éteindre les informations embarrassantes rendues publiques la semaine dernière. Les fuites sur les éléments à charge contenus dans l’Iphone et le MacBook du joueur ont déplu. L’avocat des frères Karabatic et de Géraldine Pillet a clairement ouvert le feu sur Patrice Canayer, le manager général du MAHB. Sur le mode de l’indignation, Jean-Robert Phung affirme que le coach montpelliérain s’est rendu le 15 décembre à Paris pour livrer des informations concernant le joueur à la direction centrale des paris et jeux de la PJ de Nanterre. « Sa déposition en catimini est pour le moins troublante », s’emporte Me Phung. L’avocat et son célèbre client maintiennent leur ligne de conduite, adoptée depuis le début, qui consiste à nier toute participation active dans les paris. « C’est Géraldine qui a utilisé le téléphone et l’ordinateur. » Phung, adepte de la théorie de la campagne de déstabilisation, glisse que Karabatic a fait l’objet d’un contrôle fiscal ces derniers jours. « Coïncidence ? A qui profite le crime ? », interroge le conseil des deux frères.

La Ligue parle d’« épiphénomène »
Nikola Karabatic se présentera devant la commission de discipline de la Ligue, mercredi à Paris, 24h après avoir comparu devant le juge à Montpellier. La défense des deux frères espère bien que l’affaire se terminera devant l’instance disciplinaire de la LNH. « Il n’y a rien de pénal, (pour Nikola) à supposer que l’on puisse lui imputer la connexion (à l’application Parions Sport), on reste dans le domaine du pari, affirme Me Phung. (Pour Luka), il a parié alors que son contrat le lui interdisait, il en répondra devant la Ligue. » Etienne Capon, directeur général de la Ligue, n’a jamais caché son souhait de réduire cette déflagration à un simple feu d’allumette, parlant d’« épiphénomène ». La LNH a lancé une procédure disciplinaire à l'encontre de l’ensemble des joueurs mis en examen. Ils risquent un maximum de six matches de suspension, assortis de 250 euros d'amende par rencontre…

Louis Chenaille (avec J.L. à Montpellier)