RMC Sport

Paris truqués : qui a dit quoi ?

Luka et Nikola Karabatic

Luka et Nikola Karabatic - -

Bfmtv.com fait le point sur la ligne de défense parfois changeante des joueurs et de leur entourage.

L’affaire des paris présumés truqués qui éclabousse le handball se résume à une problématique simple : les joueurs ont-ils 1) parié alors que cela leur est formellement interdit 2) truqué le match Montpellier-Cesson ?
Alors qu’une enquête est en cours et que plusieurs joueurs ont été mis en examen mardi, bfmtv.com fait le point sur la ligne de défense, parfois changeante, des joueurs et de leur entourage.

Acte 1 : interdiction de parler

Le 27 septembre dernier, la bombe a déjà explosé depuis deux jours. Si la justice ne s’est pas prononcée, des sources affirment que des joueurs vont être rapidement convoqués par les enquêteurs. Le président de Montpellier, Rémy Levy reconnaît avoir été interrogé comme son entraîneur Patrice Canayer. Pour les joueurs, alors en Allemagne pour disputer un match de Ligue des champions, la consigne est claire : interdiction de s’exprimer.

Nikola Karabatic, qui vient d’être "retiré provisoirement" des campagnes de pub Betclic, glisse juste qu’il n'a "aucun commentaire à faire". Son coéquipier Issam Tej est plus loquace : "On est prêt à répondre aux questions de la police, on n'a rien à cacher". L’international tunisien a depuis été mis en examen dans cette affaire.

Acte 2 : "On a parié, on n'a pas truqué"

Dimanche 30 octobre a lieu le match de première division entre Montpellier et le PSG. Ce devait être la grande fête du handball, ce fut un cauchemar. Nikola Karabatic, son frère Luka, et 15 autres personnes sont interpellés à Paris et Montpellier dans le cadre de l'enquête. Ils sont ensuite placés en garde à vue dans les locaux du Service central des courses et jeux, à Nanterre.

Le lundi, l'avocat Jean-Yves Lienard, qui défend Michaël Robin, déclare que les joueurs vont "très probablement" reconnaître avoir parié sur le match suspect, ce qui leur est interdit, tout en réfutant toute tricherie. Même son de cloche pour l’avocat de Nikola Karabatic, Maître Eric Dupont-Moretti : "Les paris seront forcément reconnus [...] Ils ont parié". Mais pas triché.

Pour les autres joueurs, Primoz Prost via son avocat Me Franck Nicolleau a expliqué que "la tricherie est impossible". Le champion olympique Samuel Honrubia a, lui, admis "avoir été physiquement parieur". Les deux réfutent le trucage du match.

Acte 3 : Ecoutes téléphoniques "paniquées", mises en examen et changement de version

13 personnes sont mises en examen le mardi 2 octobre, dont sept joueurs: Nikola et Luka Karabatic, Primoz Prost, Samuel Honrubia, Mladen Bojinovic, Dragan Gajic et Issam Tej.

Brice Robin, le procureur de la République de Montpellier avait annoncé que la compagne de Luka Karabatic a avoué sa participation à la combine, "pour et à la demande de son compagnon". Dans des écoutes révélées par RTL, elle apparaît paniquée. Le joueur de Montpellier lui conseille alors de "ne pas mentir aux policiers", et qu'il "la protègera", "peu importe les conséquences".

Lors d'un autre appel, Jeny Priez entrerait aussi en contact avec Géraldine Pillet, compagne de Nikola et également impliquée. Mise en examen, elle a été remise en liberté sous contrôle judiciaire après avoir versé une caution de 4.400 euros.

Mis en examen mais libéré sous contrôle judiciaire après versement d’une caution de 4.500 euros (25.000 pour son frère Luka), Nikola Karabatic assure…"ne pas avoir parié" dans un message publié sur sa page facebook personnelle. "Est-ce que ma copine a parié? Oui. Est-ce qu'elle m'a mis au courant? Oui. Pourquoi a-t-elle parié? Ça fait deux ans qu'elle suit l'équipe de Montpellier, elle s'y connaît dans le championnat", explique le handballeur.

Un léger changement de version en moins de 48 heures donc...

Samuel AUFFRAY