RMC Sport

Premier test pour les Bleus face à la Slovaquie

L’équipe de France de handball masculin débute son championnat d’Europe en Norvège par un match contre la Slovaquie.

Quelques semaines après le mondial féminin qui s’est déroulé en France, place maintenant à l’Euro masculin qui débute jeudi en Norvège. Tenante du titre l’équipe de France fait partie des favoris de la compétition. Une distinction à laquelle ne veut pas croire l’entraîneur Claude Onesta. « Au mieux, on fait partie des favoris. Mais être le favori de quelque chose, ça voudrait que l’on est plus fort que les autres et ce n’est pas la sensation que j’ai aujourd’hui, explique-t-il. Si les soucis que nous avons actuellement au niveau des blessures rentrent dans l’ordre, je pense qu’on aura une équipe pour jouer les premiers rôles ». (Voir extrait sonore ci-contre)
Un championnat d’Europe important à plus d’un titre pour les Bleus, tenants du titre, et qui auront donc à cœur de défendre ce trophée. Mais ce championnat d’Europe est également crucial pour l’équipe de France en vue de la qualification pour les J.O de Pékin en aout prochain. « On a le potentiel pour aller au bout, ajoute Nikola Karabatic. L’Espagne, l’Allemagne, la Croatie, le Danemark et la Suède peuvent aussi prétendre au titre même si les Croates ont beaucoup de blessés. Je crois que nous sommes au niveau de ces équipes là ». (Voir extrait sonore ci-contre)

Une préparation tronquée

Mais si les Bleus font bel et bien partie des équipes capables de remporter cet Euro, la préparation de la compétition a pour sa part été très difficile. Tout d’abord, un différent financier entre les joueurs et la Fédération française de handball. Les joueurs ont d’ailleurs montré leur mécontentement en boycottant une conférence de presse à la veille du premier match de préparation. Les rancœurs sont aujourd’hui rangées au placard le temps de la compétition.
La météo a également fait des siennes. La neige s’est invitée à l’occasion d’un voyage en Hongrie avec pour résultat des heures de sommeil et de soins en moins et trois hôtels visités en une journée. Enfin l’équipe de France est allée disputer un tournoi en Espagne pour préparer cette compétition, mais les bagages n’ont pas suivi. En tout, 17 sacs sont arrivés le lendemain du premier match. Une préparation difficile qui a pourtant eu le mérite de souder des liens entre les joueurs solidaires dans la galère. (Voir reportage sonore ci-contre)

L’avis de notre consultant Daniel Costantini : « Le premier match dans un championnat d’Europe, c’est un moment où on a des inquiétudes à lever. D’ailleurs, lorsqu’on affronte un adversaire qui doit être le plus faible par rapport aux autres équipes, on se dit que l’on va se rassurer d’autant plus vite. Je me souviens il y a deux ans contre le même adversaire (la Slovaquie : ndlr) d’une première mi-temps difficile des français qui n’arrivaient pas à s’en sortir même si en seconde période ils ont fait le trou. Mais ce match là est tout de même un hors d’œuvre facile par rapport à tout ce qui les attend par la suite ». (Voir extrait sonore ci-contre)

La rédaction avec Rodolphe Massé