RMC Sport

Vivez l’avant-finale du Mondial en direct !

-

- - -

A quelques heures de la finale du Mondial de hand féminin entre la France et la Norvège (20h15), vivez en intégralité l’avant-match avec toutes les dernières infos et les coulisses de cette rencontre au sommet.

19 h 13 - Les Bleues sont arrivées

Les joueuses de l'équipe de France de handball sont arrivées à 18h45 heure locale au Gimnasio do Ibirapuera à Sao Paulo, soit une heure et demie avant le coup d'envoi de la finale. Camille Ayglon a été la première à descendre du bus. Les blessées (Pineau et Signaté) accompagnaient leurs coéquipières. L'entraîneur des filles, Olivier Krumbholz, est sorti en portant deux packs de bouteilles d'eau. Si Paule Baudouin et Cléopatre Darleux ont adressé un petit sourire aux quelques supporters présents, la plupart des joueuses avaient le visage fermée. Les Norvégiennes, arrivées quelques minutes plus tôt, ont croisé les Françaises.

18 h 38 - La Norvège un peu plus adroite que la France

Avant cette finale, la France et la Norvège affichent un total de buts inscrits quasiment identiques lors de leurs 8 matchs joués durant ce Mondial 2011 : 246 pour la Norvège, 244 pour la France. La Norvège est leader dans deux domaines statistiques : le nombre de passes décisives, et de loin, avec 21,1 passes décisives par match; et le pourcentage de réussite aux tirs, avec 64% (contre 62% pour la France).

18 h 25 - Costantini : « Le mental peut complètement vous transformer »

Consultant handball pour RMC Sport, Daniel Costantini reconnait l’expérience des Norvégiennes. Mais l’ancien sélectionneur tricolore est persuadé que la force mentale des Bleues leur permettra de faire la différence. « Les deux dernières compétitions hors mondial, c’est la Norvège qui a gagné. Elles se présentent avec une équipe beaucoup moins touchée par les blessures que la nôtre même si elles n’ont pas Gro Hammerseng, la meneuse de jeu qui est enceinte. Certes, les Françaises n’abordent pas cette finale avec toutes leurs armes mais elles ont un tel mental… On sait comment ça se passe dans les sports collectifs. Parfois, le mental vous transforme complètement. »

16 h 44 - Costantini : « On tire sur les mêmes joueuses depuis les quarts »

Généreuses dans l’effort depuis le début du Mondial brésilien, dans quel état seront les Bleues ce dimanche soir face à la Norvège ? Consultant handball pour RMC Sport, Daniel Constantini ne cache pas son inquiétude face à un éventuel coup de bambou chez les filles d’Olivier Krumbholz. « Lorsque vous disputez une finale, vous ne sentez plus rien de ce qui s’est passé avant, vous ne sentez plus les coups, a confié l'ancien sélectionneur tricolore à l'antenne du Dream Team Café. Pour l’instant, les Bleues ont été impressionnantes en réussissant leurs fins de matches, ce qui montre que du physique, elles en ont. Mais il ne faudrait pas, en fonction du rythme que vont leur imposer les Norvégiennes, que des petites fatigues apparaissent chez les unes et les autres. Vu qu’on tire sur les même joueuses depuis les quarts de finale, on peut craindre ça. »

15 h 30 - Costantini : « Les filles ont du caractère depuis toujours »

Ancien coach des Bleus champions du monde en 95, Daniel Costantini s’est livré au petit jeu des comparaisons entre les équipes féminines et masculines de handball qui portent hauts les couleurs du sport collectif tricolore depuis plus de 15 ans. « Les filles ont du caractère depuis toujours, comme les garçons en ont, lâche Costantini. Le handball est un sport où beaucoup de choses se passent dans la tête, les filles ont toujours su s’appuyer sur une super défense. Après le titre des garçons en 95, la fédé a mis des moyens sur les filles. Ça a porté ses fruits quelques années plus tard. Depuis elle sont toujours là. Les ingrédients pour arriver à ce résultat sont à peu près les mêmes. »

14 h 31 - Un bain de soleil pour oublier la pression

Les Bleues affrontent la Norvège ce soir en finale des championnats du monde de Handball au Brésil. Et pour lutter contre la pression, chacun sa méthode. La pivot Nina Kanto s’est offert un petit bain de soleil samedi près de la fontaine de l’hôtel de l’équipe de France. « Vous savez ce que l’on dit : ‘A défaut d’être bonne, soit belle !’ rigole la joueuse. J’essaie de me détendre. Trop de stress tue le stress, je n’ai pas envie d’arriver crispée pour le match. Il ne faut pas se laisser envahir par l’émotion. Je fais redescendre la pression. Je n’ai pas envie de rentrer du Brésil toute pâle ! » 

14 h 07 - Marion Limal est bien arrivée

Appelée en renfort après la blessure d'Allison Pineau, l'arrière gauche de Metz Marion Limal est arrivée hier soir à Sao Paulo, avec un petit peu de retard sur l'heure prévue. Elle a à peine eu le temps de croiser quelques coéquipières et le staff avant d'être placée seule dans une chambre pour récupérer au mieux des trois heures de décalage horaire. Ce n'est donc que ce matin, au petit-déjeuner, que Limal a vraiment pu voir ses coéquipières.

13 h 56 - Réveil musculaire et vidéo pour les Bleues

Comme chaque jour de match, les Françaises se sont retrouvées pour prendre toutes ensemble leur petit-déjeuner vers 8h30, heure locale (11h30 heure française). Dans la foulée, les joueuses de l'équipe de France ont effectué un décrassage, ou plutôt un réveil musculaire à 9h45, pendant une petite heure. Et dans quelques minutes, à 11h, va débuter la première séance vidéo du jour. Un programme réglé auquel le staff et les joueuses n'ont dérogé qu'une fois depuis le début de ce Mondial: c'était mercredi, en raison de l'heure matinale de leur quart de finale contre la Russie.

12 h 49 - Le repli défensif, clef de la finale

A quelques heures de la finale des mondiaux de handball entre la France et la Norvège (20h15), l’expérimentée Raphaëlle Tervé, seule rescapée de la campagne victorieuse de 2003, livre ses clefs du match. « Le repli défensif va être la clef pour nous, prévient Tervé. Si elles nous mettent 15 contre-attaques on est mortes. Il va falloir courir sur le repli. C’est le point le plus important pour moi. Ensuite, ça va se jouer tactiquement en défense. Si on arrive à leur poser des problèmes dans leur jeu d’attaque, on aura des solutions pour gagner. »

11 h 06 - Krumbholz : « Celui qui mérite, c’est celui qui le fait »

Les Françaises ont fait preuve d’énormément de cœur pour rejoindre la finale des mondiaux de handball. De là à dire qu’elles méritent le titre, il n’y a qu’un pas que se refuse à franchir l’entraîneur Olivier Krumbholz : « Elles méritent d’être en finale, mais on ne peut pas dire qu’elles méritent d’être championnes du monde avant d’avoir joué l’ultime match, lâche Krumbholz. Cette notion de mérite ne veut rien dire. Un sportif va chercher un résultat. Elles ont été vaillantes, mais celui qui mérite, c’est celui qui le fait. »

10 h 21 - Kanto : « Lacrabère ? C’est elle qui joue le mieux au hand dans l’équipe »

Révélation du mondial de handball, la française Alexandra Lacrabère est devenue une joueuse majeure des Bleues, encore plus depuis la blessure d'Alisson Pineau. A 24 ans, elle dispute son premier mondial après avoir loupé les deux précédents à cause de blessure. Nina Kanto, pivot, ne tarit pas déloge sur sa coéquipière. « J’ai de l’admiration pour elle, je pense qu’elle n’a pas toujours été appréciée à sa juste valeur, juge Kanto. Elle a eu la malchance d’être blessée sur certaines grandes échéances. Aujourd’hui on parle de révélation, mais elle a toujours été bonne. Dans notre équipe, c’est elle qui joue le mieux au handball. Elle voit le jeu, elle apporte une autre dimension à l’attaque. On met des buts en attaque placée, chose qu’on n’arrivait pas à faire il y a trois ou quatre ans. »

9 h 47 - Les raisons d’y croire selon Costantini

Ce soir à Sao Paulo, la tâche s'annonce rude face à des Norvégiennes championnes olympique en titre. Daniel Costantini ancien entraîneur des ‘Barjots’ est membre de la Dream Team RMC. Il livre ses raisons de croire à une victoire française en finale. « Elles ont battu le Danemark qui a quand même été trois fois champion olympique il n’y a pas si longtemps que ça, juge Costantini. Sans Alisson Pineau, la meilleure joueuse qui s’explose le genou au bout de trois minutes… Elles ont réussi à trouver d’autres solutions et ça va leur donner une force terrible. Il y a une sécurité qui semble les gagner. On va vivre quelque chose d’extraordinaire. »

9 h 17 - Deux ans de frustration pour les Bleues

Les Bleues affrontent la Norvège ce soir en finale des championnats du monde de Handball au Brésil. Toutes les joueuses françaises sont unanimes : autant elles avaient atteint un peu par surprise la finale en 2009, autant cette année, cet ultime rendez-vous n’est pas aboutissement. La pivot et capitaine des Bleues Amélie Goudjo reconnaît que le souvenir de 2009 est aussi une source de motivation : « En 2009, on n’est pas allé chercher la gagne. Ça fait deux ans qu’on est frustrées et dimanche on y va pour décrocher la belle médaille. Quand on a gagné la demi-finale, les filles pleuraient, elles s’étaient écroulées par terre… C’était une joie immense. Là, on était heureuses, mais la compétition ne s’arrête pas là ! »

8 h 00 - Entrainement léger pour les françaises

L'équipe de France féminine de handball s'est entrainée samedi pendant 45 minutes au Gimnasio Do Ibirapuera (la salle de compétition) sans les gardiennes Amandine Leynaud et puis Cleopatre Darleux restées à l'hôtel. Les joueuses principales se sont contentées d'étirement pendant que les remplaçantes effectuées des exercices de tir. Camille Ayglon a passée toute la séance à regarder des vidéos de la Norvège.