RMC Sport

Canoë: sacré champion d'Europe, Gargaud-Chanut avait "un peu perdu la niaque"

Denis Gargaud Chanut

Denis Gargaud Chanut - ICON Sport

Après le titre mondial en 2011 et le titre olympique en 2016, Denis Gargaud-Chanut a remporté, dans les eaux d'Ivrée (Italie), la couronne qui manquait à son palmarès: le Marseillais a conquis l’or européen dans un final qui s’est joué à la vidéo. Il revient au plus haut niveau, après avoir perdu la lutte pour la sélection olympique face à Martin Thomas.

Denis Gargaud-Chanut, vous remportez le titre européen après une drôle de finale où vous avez reçu une pénalité finalement annulée, quel est votre sentiment?

Je suis très fier de cette victoire. J’ai enfin gagné le seul titre qui me manquait. Je suis très heureux de ça. C’était une belle course. Il n’y avait pas trop de questionnements à propos de ma pénalité. J’ai bénéficié du jugement vidéo. Le juge qui a noté ma faute a été déjugé. Finalement, ça s’est vite réglé.

Que s’est-il passé sur cette porte où vous avez été pénalisé de 50 secondes?

Les juges ont estimé que je n’avais pas passé toute la tête entre les piquets. Quand je passe sous la porte, je vois le piquet me passer proche de l’œil. Je sais que je suis dedans. Quand j’arrive en bas et que je vois les 50 secondes de pénalité, je dis ‘non, je ne suis pas d’accord’. Quand un juge est hésitant, un jugement vidéo intervient, une espèce de VAR. Le VAR a été en ma faveur.

Pourquoi avez-vous gagné aujourd’hui?

J’ai eu une carrière compliquée, avec des hauts et des bas. J’ai retrouvé l’envie de gagner. Quand je suis au départ, je sens que j’ai retrouvé ça en moi. Je pars avec une détermination qui est là dans les grands jours.

Il a fallu se relever après l’annonce de votre non-sélection olympique...

La niaque, je l’ai un peu perdue par trop grande satisfaction après avoir gagné les Jeux olympiques. J’ai mis du temps à me relever de cette victoire. C’est très dur. Je suis impressionné par ceux qui enchaînent les victoires. Quand on réalise un rêve, il faut du temps pour s’en remettre. Parfois, il faut un échec pour se prendre une claque et se réveiller. Ce qui m’est arrivé l’année dernière, avec la non-sélection pour Tokyo, ça a peut-être réveillé ce que j’ai en moi depuis tout petit et qui permet de faire de grandes choses.

Ce titre de champion d’Europe efface-t-il la déception de ne pas aller aux JO?

Je suis tourné vers le futur, je ne regarde plus ce qu’il s’est passé. Je suis très heureux de remporter ce titre. J’aime les beaux palmarès et si je pense avoir du mal à titiller ce cher Tony Estanguet avec ses trois titres olympiques, au moins, j’ai rempli le carnet avec champion olympique, champion du monde et champion d’Europe.

Morgan Maury