RMC Sport

Dopage : des centaines d’échantillons des JO 2008 retestés

-

- - AFP

La chasse aux tricheurs est ouverte. Grâce à des techniques de recherches améliorées, le CIO va de nouveau tester des échantillons d’athlètes présents aux JO de Pékin en 2008 afin d’éliminer les fraudeurs avant les Jeux de Rio cet été. Pour de nouvelles révélations ?

Les récentes affaires de dopage qui égratignent le monde du sport inquiètent de plus en plus le CIO (Comité International Olympique). Pour prévenir ce type d’affaires, les échantillons des athlètes qui ont participé aux Jeux Olympiques de Pékin en 2008 seront retestés afin de déceler des traces de dopage et éliminer ceux qui seront du voyage à Rio cet été.

Mais pourquoi seulement maintenant ? Tout simplement parce que les techniques de détection de produits dopants ont été améliorées et donnent aujourd’hui d’excellents résultats. Dans une interview pour Associated Press, le directeur médical du CIO, Dr Richard Budgett, a annoncé vouloir « protéger les athlètes propres qui vont être en compétition à Rio et veiller à ce que les athlètes qui ont triché en 2008 ne puissent pas participer en 2016 ».

Plus de temps pour tester les échantillons

Au terme de chaque JO, le CIO accumule et stocke des échantillons de sang et d’urine de milliers d’athlètes. L’organisation olympique souhaite les conserver afin de les analyser des années plus tard avec des méthodes de tests améliorées. Le délai de prescription pour cette réanalyse a été prolongé en 2015 de 8 à 10 ans, ce qui signifie que les échantillons de Pékin restent valables jusqu'en 2018. Une vraie course contre-la-montre.

De nouvelles révélations avant Rio ?

Le Dr Budgett a également déclaré que certains échantillons des Jeux Olympiques de Londres sont actuellement retestés et les résultats devraient tomber avant Rio. Quelques mois après les Jeux de Pékin en 2008, le CIO avait réanalysé, grâce à une nouvelle technique, près de 1000 échantillons et cinq athlètes ont été attrapés, dont le médaillé d'or du 1500 mètres Rashid Ramzi. Le Dr Budgett a d’ores et déjà annoncé que le CIO comptait garder les échantillons de Pékin jusqu’en 2018, les techniques scientifiques ne cessant de s’améliorer au fil des ans.

B.Duguine