RMC Sport

JO 2016, escrime : les fleurettistes touchent l’or du doigt… et puis s’écroulent

Erwann Le Péchoux

Erwann Le Péchoux - AFP

Malgré une avance de onze touches, l’équipe de France de fleuret s’est inclinée en finale face à la Russie (45-41). Il s’agit de la 16e médaille tricolore depuis le début de ces JO 2016.

Les fleurettistes français ne trouveront sans doute pas le sommeil ce vendredi. La faute à une incroyable défaite en finale de la compétition par équipes, face à la Russie. Malgré une avance de onze touches lors du cinquième assaut, les Bleus ont fini par s’incliner (45-41). Un scenario aussi improbable que cruel pour les hommes de Franck Boidin, qui rêvaient d’un nouveau sacre du fleuret français, seize ans après celui de Sydney.

A lire aussi >> JO 2016, escrime : un Français perd son téléphone pendant son combat !

Cadot et Helissey ont pioché

Si Erwann Le Péchoux et Enzo Lefort ont tenu leur rang, cela a été plus compliqué pour Jérémy Cadot puis son remplaçant Jean-Paul Tony Helissey, qui n’avait pas encore tiré dans ces JO. Entré en piste alors que le score était de 35-30 en faveur des Bleus, il a passé le relais à Le Péchoux à… 38-40. Un retard qui ne sera jamais remonté. Et même si la médaille d’argent est une belle consolation, cela va hanter les nuits des fleurettistes français.

A lire aussi >> Le live de ce vendredi 

Le Péchoux : « Il y avait moyen d’être champions olympiques »

« Je pense qu’on va relativiser dans les jours qui viennent. On va être contents de cette belle médaille d’argent. On peut être fiers de ce qu’on a fait. En sortant du podium il y a beaucoup de frustration et de déception parce que le match on le tient et je pense qu’il y avait moyen de faire mieux et d’être champions olympiques. On a tous donné le meilleur de nous-mêmes et je suis fier de ce qu’on a tous fait. Chacun notre tour on a su sortir de gros matchs. On peut être fiers de ce qu’on a fait, même si on est un peu déçus tout de suite. »

dossier :

JO de Rio 2016