RMC Sport

JO 2016, judo : Andéol n’a peut-être "pas de talent", mais elle a l’or du courage !

Emilie Andéol

Emilie Andéol - AFP

Emilie Andéol a remporté ce vendredi la médaille d’or aux JO de Rio, en moins de -78kg. Un titre décroché au terme d’une journée parfaite et avec le courage qui caractérise la Bordelaise.

Au village olympique, elle attendait son heure. Tapie dans l’ombre des stars du judo français. Et au moment où elle avait rendez-vous avec son destin, elle a été pile à l’heure. Ce vendredi, Emilie Andéol a remporté la médaille d’or aux Jeux olympiques de Rio, dans la catégorie des moins de 78kg. Au terme d’une journée parfaite, terminée par deux exploits consécutifs.

A lire aussi >> Le live de ce vendredi

D’abord en demi-finales face à la Chinoise Yu Song, championne du monde en titre, histoire de s’assurer une médaille. Puis contre la référence de sa catégorie, la Cubaine Idalys Ortiz, troisième à Pékin en 2008 et titrée il y a quatre ans à Londres. « Je suis championne olympique, je ne pouvais pas imaginer plus beau, lance Andéol. Je n’aurais pas pu me l’imaginer. J’ai réussi à le faire, je suis allée au bout, c’est énorme ! J’ai réussi à les faire tomber. C’est le jour J où il fallait être là et j’ai réussi. »

Son entraîneur : « C’est la plus courageuse »

En finale, Andéol est sortie vainqueur d’un combat ultra-serré, sur une immobilisation dans le golden score. Un triomphe à son image. Car à 28 ans, elle n’est pas la plus talentueuse des judokas tricolores, malgré un joli palmarès avec un titre de championne d’Europe 2014, une place de vice-championne d’Europe en 2013 et une médaille de bronze aux Mondiaux 2014. Mais la Bordelaise compense par une autre énorme qualité.

A lire aussi >> JO 2016, judo : Tcheuméo vise "l’or à Tokyo" 

« C’est la plus courageuse, explique Christophe Massina, son entraîneur. Elle n’a pas de talent. Son talent, c’est le courage, le mental, croire en ses possibilités. » Un avis partagé par David Douillet, double champion olympique, au micro de l’Intégrale Rio sur RMC : « Elle nous a montré aujourd’hui qu’elle avait un mental incroyable car la Chinoise, en demie, c’était la montagne à abattre. Elle a été remarquable de lucidité dans sa demie comme dans la finale. Cette médaille d’or, elle la mérite mille fois. »

« C’est un conte de fées et je viens d’en écrire la fin »

« Je ne regrette pas toutes les épreuves par lesquelles je suis passée pour en arriver là, souligne Andéol, première Française à décrocher l’or olympique dans la catégorie reine chez les dames. C’est énorme ! Jamais je n’aurais pensé y arriver et je l’ai fait. C’est la plus belle journée de ma vie pour l’instant. Franchement,c’est un conte de fées et je viens d’en écrire la fin. Que c’est beau ! Je n’aurais jamais pensé, moi, pouvoir écrire cette histoire. Je l’ai fait et je ne regrette rien du tout. » On la croit sur parole.

A lire aussi >> JO 2016, judo : Gévrise Emane, une défaite au goût d'inachevé