RMC Sport

JO 2016 : "Pikachu", "esclavage", France Télévision visé par le CSA après certains commentaires

-

- - -

Le CSA a été saisi suite à certains commentaires sur les antennes de France Télévisions, jugés « xénophobes » et « colonialistes ». Des propos que la direction du groupe dit regretter.

Vice-champion olympique en 2008 au saut à cheval, Thomas Bouhail ne pensait probablement pas à mal en comparant ce week-end les gymnastes japonaises à des « Pikachus », œuvrant dans un « petit manga ». Thierry Roland en son temps avait bien déclaré que rien ne ressemblait plus à un Coréen qu’un autre Coréen « surtout habillés en footballeurs ». Mais à l’ère des réseaux sociaux, chacun peut faire part de son mécontentement.

A lire ici >> Gasol insulté par les fans brésiliens

A lire ici >> la blague de Philippe Lucas qui fait hurler de rire Laure Manaudou

Le trafic d’esclave jugé « nécessaire » au développement industriel du Brésil

Il ne s’agit pas du seul commentaire choquant entendu sur les antennes de France Télévision depuis le lancement des JO. Pendant la cérémonie d’ouverture, le Conseil représentatif des associations noires (Cran) a relevé plusieurs commentaires jugés « colonialistes » tenus par Alexandre Boyon et Daniel Bilalian, pointant par exemple cette affirmation du duo à propos du trafic d'esclaves « qui a été nécessaire (...) pour le développement industriel » du Brésil. Le Cran mais également des téléspectateurs ont donc saisi le CSA. De son côté, la direction de France Télévision par la voix de sa présidente Delphine Ernotte a indiqué regretter ces propos et prendre la situation « avec sérieux », a-t-elle indiqué à L’Express.

Ce mercredi à l'antenne, Thomas Bouhail a présenté ses excuses: « Je voulais revenir sur les commentaires qu'on a pu faire lors des qualifications sur cette belle équipe du Japon, m'excuser auprès de l'équipe féminine du Japon si mes paroles ont été un peu mal interprétées ou ont pu choquer certaines personnes. C'est n'était bien évidemment pas mon intention, loin de là. »

la rédaction