RMC Sport

JO 2016 : Un Néo-Zélandais dit avoir été "kidnappé" par la police à Rio

-

- - AFP

A une dizaine de jours du début de l’olympiade brésilienne, un jeune combattant d'arts martiaux néo-zélandais, qui vit depuis un an à Rio, a accusé la police dimanche de l'avoir brièvement enlevé et extorqué. Il assure qu’elle l’a forcé à retirer de l'argent d'un distributeur automatique.

L'incident a eu lieu samedi et soulève quelques inquiétudes sur la sécurité dans la ville juste avant l'ouverture des jeux Olympiques, le 5 août.

"Qu'est-ce que vous avez fait les gars hier? Moi j'ai été kidnappé. Vive les JO!" a tweeté Jason Lee, 27 ans, un expert en arts martiaux qui étudie le jiujitsu brésilien, sport non olympique.

>> A suivre : l'actualité des JO 2016

En voiture (banalisée) pour retirer de l’argent

Il revenait d'un tournoi de jiujitsu dans une voiture de location quand il a été arrêté par deux hommes en moto, en uniforme de police. Alléguant que ses papiers n'étaient pas en règle, ils ont exigé 2.000 réais (environ 555 euros) comme amende.

Lee a expliqué au site d'informations de Nouvelle-Zélande Stuff.co.nz que, quand il a expliqué qu'il n'avait pas beaucoup d'argent sur lui, les policiers présumés l'ont conduit dans le parking d'un poste de police et l'ont fait monter dans une voiture banalisée pour le conduire à un distributeur automatique de banque.

Selon Lee, lorsqu'il est allé porter plainte à un commissariat plus tard, un agent lui aurait répondu que "même nous, nous avons peur" de ceux qui ont fait ça.

>> A lire aussi : Fuites d'eau, toilettes bloquées... les Brésiliens et les Australiens zappent le Village Olympique

L’effectif de sécurité doublé par rapport à Londres

Lundi, le service de presse de la police en charge des touristes (DEAT) a confirmé que Jason Lee avait porté plainte sur cet enlèvement par les deux policiers. "Une enquête est en cours", souligne le communiqué.

Quelques 85.000 policiers et soldats sont déployés depuis dimanche pour les jeux Olympiques à Rio (5 au 21 août), le double des effectifs mis en place à Londres en 2012.

dossier :

Rio 2016

la rédaction avec l'AFP