RMC Sport

JO 2020: la parité pour les porte-drapeau, Jossinet et Robert-Michon enthousiastes

Alors que le CIO a annoncé mercredi que chaque nation présente aux Jeux olympiques de Tokyo aura la possibilité de désigner un homme et une femme en tant que porte-drapeaux, Frédérique Jossinet et Mélina Robert-Michon ont réagi à cette nouvelle aux micros de RMC Sport et BFM Lyon. Avec satisfaction.

Ce n'est pas une révolution, mais c'est un geste qui va dans le bon sens, un pas de plus vers la parité. Mercredi, le Comité international olympique (CIO) a annoncé avoir changé le protocole pour autoriser et encourager chaque pays - s'il le souhaite - à faire défiler un homme et une femme ensemble en tant que porte-drapeaux lors des Jeux de Tokyo l'été prochain.

Interrogée par RMC Sport ce jeudi, l'ancienne judokate Frédérique Jossinet, désormais directrice du football féminin à la FFF, a qualifié "d'excellente nouvelle" cette annonce. "On est quand même en 2020 donc ça a un peu tardé, glisse-t-elle. Le monde du sport doit être exemplaire, il l’est en prenant cette décision. Je pense même que cela aurait été encore mieux de l’imposer (plutôt que d'en donner la possibilité, nldr), vu qu’aux Jeux de Tokyo il y aura 50% d’athlètes masculins et 50% d’athlètes féminines qui vont concourir et rapporter des médailles."

"Un beau symbole"

La médaillée d'argent à Athènes (2004) espère que cette mesure permettra d'envoyer un message. "Voir une fille et un garçon qui représentent la nation, quel beau symbole! Ça renvoie à la mixité dans le sport mais aussi dans la société, estime Jossinet. C’est un geste important de la part du CIO. Je suis super contente de cette décision. [...] Avec la cérémonie d’ouverture vue par des millions de gens, c’est l’occasion de montrer la mixité, mais aussi la parité et l’égalité. Pour moi, c’est ce que représentera ce binôme."

Pressentie pour être l'heureuse élue parmi les athlètes féminines, la lanceuse de disque Mélina Robert-Michon n'y voit elle aussi que du positif. "Je trouve que l’idée de pouvoir mettre un homme et une femme en porte-drapeaux envoie un signal assez fort pour mettre en avant le sport féminin et les femmes en général, observe-t-elle. Ça répond bien à la problématique évoquée en ce moment, mais il faut des actes forts (au-délà des discours, ndlr) et ça c’est quelque chose qui va nous permettre d’avancer. C’est un beau symbole et ça montre la représentation d’une nation. Un homme et une femme, c’est la nation au complet."

dossier :

Tokyo 2020

CC avec ML