RMC Sport

JO 2021: sa mère interdite de l'accompagner, une athlète paralympique doit renoncer à son rêve

Becca Meyers, une nageuse américaine sourde et aveugle, a annulé sa participation aux Jeux paralympiques de Tokyo (24 août-5 septembre). En cause: le refus du comité olympique et paralympique américain de pouvoir emmener sa mère avec elle pour lui servir d'assistante personnelle.

Après la polémique des athlètes mères de famille interdites d'allaiter leurs enfants durant la période des Jeux olympiques de Tokyo - en raison du règlement strict mis en place par les organisateurs puis finalement allégé début juillet - c'est un autre "bad buzz" qui pourrait retomber sur le comité olympique et paralympique américain.

Becca Meyers (26 ans), nageuse sourde et aveugle six fois médaillée à Londres et Rio, a décidé mardi de renoncer à sa participation aux Jeux paralympiques (24 août au 5 septembre) après que l'instance a refusé que sa mère l'accompagne au Japon en tant qu'assistante personnelle de soins.

"Pourquoi, en 2021 en tant que personne handicapée, je dois toujours me battre pour mes droits ?"

Dans un communiqué publié sur sa page Twitter, elle explique avoir dû prendre "cette décision déchirante" et "être en colère, déçue mais surtout triste" de ne pas pouvoir représenter son pays.

"Le comité américain olympique et paralympique a refusé d'accéder à une requête raisonnable et essentielle pour que je performe à Tokyo, en tant qu'athlète sourde et aveugle, en me disant à plusieurs reprises que je n'avais pas besoin d'assistante personnelle 'en qui j'ai confiance' parce qu'il y aura une seule assistante dans le staff capable de me porter assistance à moi ainsi qu'aux 33 autres nageurs paralympiques. Le comité m'a accordé cette aide personnelle - ma mère - lors de chacun de mes grands rendez-vous internationaux depuis 2017, mais cette fois c'est différent. Avec le Covid, il y a de nouvelles mesures sanitaires avec des limites concernant les personnes 'non-essentielles' dans le staff sur place. Des mesures de bon droit, donc, mais une aide personnelle en qui j'ai confiance est essentielle pour donner le meilleur de moi-même."

La nageuse de 26 ans conclut son message par un coup de gueule: "Pourquoi, en 2021, en tant que personne handicapée, je dois toujours me battre pour mes droits? Je parle pour les futures générations d'athlètes paralympiques dans l'espoir qu'ils n'aient jamais à expérimenter la douleur que je traverse actuellement. C'en est trop."

La nageuse de Baltimore, dans le Maryland, a remporté six médailles lors de ses deux dernières participations aux Jeux paralympiques, dont trois en or à Rio sur le 100 mètres papillon, le 200 mètres quatre nages et le 400 mètres nage libre. Elle souffre du syndrome d'Usher, une maladie génétique qui provoque la surdité ou la perte auditive et de rétinite pigmentaire, une maladie oculaire qui affecte la vision et s'aggrave avec le temps.

CP