RMC Sport

JO 2021 (volley): exploit XXL de l'équipe de France, en or pour la première fois de son histoire

Après les handballeurs, les volleyeurs de Laurent Tillie sont également devenus champions olympiques grâce à leur victoire sur l'équipe russe en finale en cinq manches, au bout du suspense. Quel exploit!

Revenus des enfers, les volleyeurs français sont au sommet de l’Olympe. Quelques minutes après le titre des handballeurs, les volleyeurs ont apporté la 32e médaille de la délégation française, la 9e en or, en faisant tomber l’équipe du comité olympique russe en cinq manches (25-23, 25-17, 21-25, 21-25, 15-12) pour venir conclure une après-midi royale à Tokyo et un tournoi reversant. Le sélectionneur Laurent Tillie peut refermer la page équipe de France la tête haute.

De 18-22 à 25-23 dans le premier set

Menée durant la quasi-totalité de la première manche, l’équipe de France a couru après le score et même accusé jusqu’à quatre points de retard, à 22-18. À la faveur d’un réveil tonitruant et d’un sanglant 7-1, les Bleus ont finalement remporté ce premier set sur une dernière attaque gagnante de Clevenot (25-23).

À l’origine de ce come-back, Earvin Ngapeth (8 points) est resté sur cette lancée dans le deuxième set pour permettre rapidement à la France de faire la course en tête en marquant cinq points (9-4). Un mano a mano très disputé durera tout le set, encore une fois à l’avantage par les Bleus, qui se sont détachés sur la fin en marquant les cinq derniers points (25-17). Après moins d’une heure de jeu, la France n’était alors qu’à un set du titre olympique.

Ngapeth dans tous les coups

Cette troisième manche a été tout aussi accrochée que les deux premières et spectaculaire, à l’image de ce point remporté après que Ngapeth ne sauve le ballon miraculeusement en sautant au-dessus du banc avant le bloc vainqueur de Chinenyeze (9-7). Après être parvenu à aligner trois points pour reprendre la tête (16-15), le comité olympique russe a profité d'un mauvais choix de challenge des Bleus, qui avaient pourtant fait le point, pour ensuite s’adjuger la troisième manche (25-21).

Pas assomée, l'équipe de France a entamé pied au plancher la quatrième manche pour y faire la course en tête, jusqu'à obtenir un matelas de trois points (8-5) avant le retour russe, bien aidé par la rage de Kliuka au filet (7 points dans la quatrième manche). Avec trois points de retard à 18-21, les Bleus avaient fort à faire pour éviter un set décisif que l'ace puissant de Ngapeth (120km/h), son troisième du match, n'aura pas pu empêcher (25-21).

Un tie-break irrespirable, jusqu'à la délivrance

Comme face à la terrible Pologne en quart, c'est au tie-break que le dénouement de cette finale olympique allait se décider. Sur un nuage et revenus de loin, les Russes ont rapidement compté trois longueurs d'avance (3-0). Mais jamais abattus, les Bleus sont parvenus à égaliser grâce à un smash de Ngapeth (6-6), qui leur a ensuite permis de prendre la tête sur un nouveau missile (8-7). Clevenot a ensuite donné deux points d'avance à la France (10-8) que le huitième ace français, de Patry, a permis de conserver (13-11).

C'est l'attaque manquée de Mikhaylov qui a offert le titre aux Bleus, malgré un dernier challenge déséspéré demandé par son équipe. Laurent Tillie et ses troupes pouvaient alors s'adonner à quelques pas de French cancan et verser de chaudes larmes sur le terrain pour célébrer cet incroyable sacre.

"Il n'y a pas de mot, c'est incroyable, je n'en revient pas, confiait Patry au micro de France 2 après la rencontre. On ne réalise pas trop, je ne sais pas comment décrire la sensation. Champion olympique, quoi! On est revenu de loin, on pensait que tout était perdu. C'est une équipe de fous furieux, de dingues, on a reussi à trouver la force".

Pour rappel, vendredi dernier, la victoire des Bleus face à ces mêmes Russes les avaient maintenus en vie, alors que le début de compétition avait laisser imaginer un nouveau fiasco, cinq ans après l'échec de Rio. Que nenni, la France s'est relevée, et de quelle manière.

Avant Tokyo, l’équipe de France de volley n’avait jamais atteint les quarts de finale des Jeux olympiques. La voilà médaillée d’or. Après deux titres en Ligue mondiale (2015, 2017) et un sacre européen (2015), les Bleus remportent ce samedi leur quatrième titre de l’histoire, sans aucun doute le plus beau et le plus inattendu de tous.

Jules Aublanc Journaliste RMC Sport