RMC Sport

JO 2021 (volley): France-Pologne, les meilleurs ennemis du monde

L’équipe de France de volley jouera contre la Pologne, ce mardi à 14h30 aux JO 2021 de Tokyo, pour une place dans le dernier carré olympique. Deux équipes qui se connaissent parfaitement.

Les meilleurs ennemis du monde. Voilà ce que sont la France et la Pologne qui s'affrontent ce mardi (14h30), en quarts de finale du tournoi des JO 2021 de volley. Il faut dire que les liens sont nombreux et réguliers entre les deux nations depuis plus d’une décennie. Aujourd'hui, près de la moitié des Bleus présents aux Jeux olympiques de Tokyo jouent ou ont évolué dans le championnat polonais. C'est un peu la PL du volley, entendez la "Plus Liga", une des trois meilleures ligues européennes dans un pays amoureux du volley.  

Cette PL, Benjamin Toniutti l’a rejointe en 2015. Après deux saisons mitigées à Ravenne puis Friedrichshafen, l’ancien passeur de l’Arago de Sète a alors retrouvé Kevin Tillie à Kędzierzyn-Koźle pour franchir définitivement un palier. Six ans plus tard, celui que l'on surnomme "Totti" a redoré le blason des Tricolores polonais, sevrés de titres pendant treize ans mais devenu champion d'Europe en mai dernier. Après avoir remporté dix trophées en six ans (dont 4 championnats et 3 coupes nationales), Toniutti a décidé de quitter Kozle à l'intersaison pour relever "un nouveau défi et continuer à progresser" à Jastrzebski, un peu plus au Sud du pays, le nouveau champion de la Plus Liga polonaise. Il y retrouvera un des pointus des Bleus, Stephen Boyer, et le réceptionneur-attaquant Youcine Louati.

En six ans, Toniutti a vu passer en Pologne de nombreux compatriotes présents à ses côtés à Tokyo. Barthélémy Chinenyeze a fait un petit passage d'une saison à Rzeszow, en 2018. Son acolyte à la mène des Bleus, Antoine Brizard, a franchi lui aussi un palier à Varsovie de 2017 à 2020 (avec Stéphane Antiga, nous y reviendrons) et Youcine Louati est devenu champion de Pologne avec le Jastrzebski-Wegiel cette saison.  

La Pologne, une terre folle de volley 

Mieux. Le passeur des Bleus retrouvera ce mardi, en face de lui, quatre coéquipiers de Kozle (Sliwka, Semeniuk, Kaczmarek et Kochonowski) avec lesquels il a ramené la Ligue des champions de volley en Pologne ... pour la première fois depuis 43 ans ! Et ce n'est pas tout. Du côté des entraîneurs, de l'autre côté de l'Oder-Neisse les dirigeants font aussi confiance aux Français. Stéphane Antiga a ainsi fini sa carrière au pays de la Mazurka. Après avoir remporté cinq titres de champion de Pologne avec Belchatow, entre 2008 et 2014, le Parisien a pris les rênes de la sélection nationale. Et bingo ! Quelques mois après son arrivée, Antiga a offert le titre de champion du monde aux Rouges et Blanc, à domicile dans une ambiance de folie.  

Imaginez, le match d’ouverture du Mondial polonais entre les locaux et la Serbie s’est joué devant 62000 spectateurs dans un stade national de Varsovie reconverti en arène de volley. Secondé par le Sétois Philippe Blain, Antiga restera deux ans à la tête de la sélection puis dirigera l’équipe de Varsovie jusqu’en 2019 … club dans lequel il a eu sous ses ordres Antoine Brizard. Et comme l’histoire du volley est un éternel recommencement, le sélectionneur actuel de la Pologne est le Flamand Vital Heynen. Bien connu en France, le bouillant technicien belge a dirigé, sans grand succès, le plus grand club de volley de l'hexagone en 2015, le Tours Volley-Ball. A la tête des doubles champions du monde en titre, Heynen et ses Polonais ne feront aucun cadeau aux « język francuski » (aux Français, en langue polonaise). 

Morgan Besa