RMC Sport

JO Tokyo: la Grande-Bretagne privée de l'argent du 4x100 m à cause d'un cas de dopage

L'équipe britannique du 4x100m lors des JO de Tokyo.

L'équipe britannique du 4x100m lors des JO de Tokyo. - Iconsport

Le relais britannique du 4x100m s'est vu retirer sa médaille d'argent acquise lors des Jeux olympiques de Tokyo 2021, après le contrôle positif de CJ Ujah à deux substances interdites.

La Grande-Bretagne rattrapée par le dopage. Alors que les Jeux olympiques d'hiver n'échappent pas au dopage avec l'affaire Kamila Valieva, une nouvelle affaire de dopage vient d'éclater. CJ Ujah et l'équipe britannique de relais 4x100m se sont vus retirer leur médaille d'argent glanée à Tokyo cet été, après que CJ Ujah ait été contrôlé positif à deux substances interdites, l'ostarine et le S-23, généralement utilisées pour augmenter la masse musculaire, au lendemain du podium l'été dernier.

Le sprinteur a fait valoir auprès du Tribunal arbitral du sport que les drogues avaient été consommées accidentellement par le biais d'un supplément contaminé, mais ce vendredi, le jugement a été défavorable à l'athlète de 27 ans. Les autres membres du quatuor, Richard Kilty, Zharnel Hughes et Nethaneel Mitchell-Blake, seront également privés de leurs médailles en raison des actions de leur coéquipier.

La durée de sa suspension inconnue

Après la sanction, CJ Ujah a accepté "avec tristesse la décision rendue aujourd'hui par le Tribunal arbitral du sport. Je tiens à préciser que j'ai consommé sans le savoir un supplément contaminé et que c'est la raison pour laquelle une violation des règles antidopage a eu lieu aux Jeux olympiques de Tokyo. Je regrette sincèrement que cela ait entraîné par inadvertance le retrait des médailles d'argent de l'équipe masculine de relais 4 x 100 m aux Jeux olympiques de Tokyo. C'est quelque chose que je regretterai pour le reste de ma vie", regrette le sprinteur dans des propos relayés par le Daily Mail.

Lors du relais, l'Italie avait remporté le titre olympique, le Canada avait fini troisième, tandis que la Chine avait terminé au pied du podium. Il incombera désormais à l'Unité d'intégrité de l'athlétisme de déterminer la durée de suspension, qui pourrait aller jusqu'à quatre ans. Plus tôt ce vendredi, la sprinteuse nigériane Blessing Okagbare a été condamnée à une interdiction massive de 10 ans pour avoir été contrôlée positive à de multiples substances aux Jeux olympiques et pour ne pas avoir coopéré à l'enquête qui a suivi.

AS avec AFP