RMC Sport

Dix choses à savoir sur Loïc Korval

Loïc Korval, champion d'Europe des -66 kg

Loïc Korval, champion d'Europe des -66 kg - -

Champion d’Europe des - 66 kg ce jeudi à Montpellier, Loïc Korval est une personnalité tourmentée des tatamis. Talentueux, ambitieux, le Français est aussi déroutant que performant. A 26 ans, sa victoire le lance parfaitement vers les Mondiaux cet été.

1- Un ado turbulent
Junior très performant mais très turbulent, Loïc Korval a visité pratiquement tous les pôles France de l’Hexagone avant d’être renvoyé à chaque fois pour problèmes de comportement. Une adolescence qui lui a permis de développer un instinct de survie très précieux pour la compétition.

2- Il se serait battu avec un entraîneur sud-coréen
Des problèmes de comportement, il en a eu beaucoup par la suite. Cela lui a valu plusieurs mises à pied de l’équipe de France. Parmi les « légendes » (jamais vérifiées) autour de lui, il est accusé de s’être battu avec l’entraîneur de Corée du Sud.

3- Un contrôle positif
Il a été contrôlé positif dans ses derniers mois en tant que junior. Il affirme que c’est le médecin de l’équipe de France qui lui avait prescrit le médicament interdit, mais il n’avait pas d’AUT (autorisation d'usage à des fins thérapeutiques).

4- Une grande ambition
Il répète toujours : « Je serai champion du monde, personne n’est meilleur que moi ». Une ambition qui passe pour de l’arrogance chez plusieurs de ses congénères.

5- Une médaille mondiale… qui le rend triste
Pour ses premiers championnats du monde en 2010, il décroche la médaille de bronze. Mais il est alors « l’homme le plus triste du monde ». Pourquoi ? Parce qu’il voulait « vraiment devenir champion du monde à 22 ans ». « Je ne sais pas pourquoi à 22 ans, mais je disais ça à tout le monde depuis tout petit » ajoute-t-il.

6- Il revient de loin
Après les Mondiaux 2010, les blessures s’enchaînent. Notamment au dos, avec un canal trop étroit qui l’empêche d’être opérer. Il rate les sélections pour les Jeux Olympiques 2012. Cette année, il est retombé dans les abysses du système français. Il a gagné les interrégions Ile-de-France, les France 2e division, les France 1ere division pour obtenir son billet pour le Tournoi de Paris (3e), puis sa sélection pour les Europe (1er).

7- Son club n’en veut plus
Il est très sympa, chaleureux, bien élevé, a toujours un mot gentil. Mais il est dur à gérer… Exemple à l’automne dernier. Il gagne le tournoi de Monaco, puis annonce à son prof de club Stéphane Brégeon, qu’il ne participera pas aux championnats d’Europe des clubs deux semaines plus tard. En prétextant une blessure… Il a encore fait faux bond en ratant les France par équipe. Depuis, son club veut se séparer de lui, estimant qu’il ne joue pas le jeu.

8- Une rivalité franco-française
Il entretient une profonde inimitié avec son compatriote David Larose, qui était son adversaire en finale ce jeudi. Il a plusieurs fois accusé l’encadrement de l’équipe de France de ne pas lui avoir laissé sa chance. Et a estimé que certains ont bénéficié de passe-droits et pas lui (il visait David Larose, qui a mis longtemps à obtenir sa première médaille en grand championnat alors que lui a performé tout de suite). Mais désormais, il se sent très écouté et bien entouré en équipe de France.

9- Une course-poursuite avec la police
En mai dernier, il a été placé en garde en vue après une course-poursuite avec deux motards de la police nationale. Rappel des faits : il est contrôlé sans permis sur le périphérique, puis course-poursuite, puis… on ne sait pas vraiment, puis il se rend au commissariat de Nogent. Depuis, ça va de procès en procès. Rendez-vous le 9 octobre au TGI de Créteil. Les policiers l’accusent d’avoir renversé délibérément l’un des motards. Lui rétorque que le motard a glissé. Ce que l’on sait, c’est que la police a tiré sur le véhicule de Korval. La balle a traversé le pare-brise arrière et frôlé la tête d’un des passagers. Korval a porté plainte contre la police pour tentative d’homicide volontaire. La justice est très embêtée dans cette histoire car les motos de la police n’ont pas pu être expertisées. Elles sont tout de suite parties à la réparation.

10- Sa devise
« C'est mythique, mystique, Korvalistique ! »

La rédaction