RMC Sport

Emane : « J’en garde sous la chaussette »

-

- - -

La double championne du monde de judo (-63 kg et -70 kg), est actuellement en stage à Montpellier avec l’équipe de France. A trois semaines de son entrée en lice aux JO, elle nous raconte de l’intérieur sa préparation olympique, et notamment le problème du poids.

Gevrise Emane, ce lundi était consacré à la journée olympique. Quel en est le principe ?

C’était une simulation, une sorte de répétition générale des JO. Cela a commencé très tôt ce matin, avec un petit réveil musculaire à 7h30 et cela s’est terminé à 15h-15h30. Ce n’est pas un exercice évident, surtout pour nous les athlètes. On dit qu’il faut se mettre dans les conditions de la compétition, alors qu’on sait que c’est un entrainement, que c’est pour du beurre. Psychologiquement, ce n’est vraiment pas évident, il faut se mettre dedans. Après le réveil, j’ai enchaîné avec la séance de strapping, à cause des petits bobos et à 10h, c’était parti. Trois combats ce matin et deux l’après-midi. Et à l’arrivée, je suis championne olympique ! (rires)

Quel est le bilan de cette journée ?

Après avoir fait un petit débrief avec Martine Dupond (responsable des équipes féminines de judo, ndlr), le bilan est assez satisfaisant. C’est positif mais il ne faut pas se reposer sur ses lauriers. Il reste encore quelques semaines avant le début de la compétition pour travailler (premier combat le 31 juillet).

Vous combattez dans une nouvelle catégorie (-63 kg). Où en êtes-vous au niveau de votre poids ?

On a mis en place un échéancier et ça descend tranquillement. Donc je suis plutôt contente, ça fait toujours plaisir. J’étais à 67k g avant de manger. C’est bien, on est dans les clous.

Comment vous sentez-vous à deux semaines des JO ?

J’en garde un peu sous la chaussette, je suis vraiment focus sur mon régime et sur ma préparation. Ça me permet de ne pas laisser d’énergie et, surtout, de ne pas focaliser sur les JO. Car ça approche vite, avec en plus toute la médiatisation qui est faite autour de cet évènement. Cela me permet d’être dans mon cocon, dans ma petite vie tranquille. Et advienne que pourra le jour J.

Vous êtes en stage avec toute l’équipe, comment vit le groupe ?

Le groupe va très bien, on se tape des "barres" de rire. On est toutes soudées les unes derrière les autres et chacune essaye de pousser l’autre quand il y en a une qui a un coup de mou.

Participerez-vous à la cérémonie d’ouverture qui aura lieu le 27 juillet, quatre jours avant votre premier combat ?

Pour l’avoir fait à Pékin en 2008, c’est magnifique, mais je serai au régime et je vais plus subir qu’autre chose. Quand on est à 2-3 kilos de notre poids, on est très fatigué et il faut garder du jus. Donc non, malheureusement, je ne vais pas la faire.

RMCsport