RMC Sport

Judo: "S'il faut que je monte sur les tapis en 2024 avec une jambe cassée, je le ferai", lance Riner en vue des JO

Contraint au forfait pour les Mondiaux 2022 de Judo, Teddy Riner a assuré mardi que son corps, même meurtri, ne l'empêcherait pas de disputer les Jeux olympiques de Paris en 2024.

Teddy Riner n’a plus participé à un Championnat du monde de judo depuis 2017, et il faudra rester patient pour le voir de nouveau fouler les tapis de judo à l’occasion d’une telle compétition. Le judoka français a dû renoncer aux Mondiaux de Tachkent (6-13 octobre) en raison d’une blessure à la cheville. Le décuple champion du monde s'est fait mal lorsqu'un partenaire d'entraînement lui est retombé sur la cheville fin août, lors d’un stage au Maroc. A 33 ans, Riner sait qu’il devra composer avec des problèmes physiques sur la route des Jeux olympiques 2024 à Paris.

Riner: "Si mon corps dit stop, on ne l'écoutera pas et on ira"

"Le judo c'est un sport extrêmement traumatisant donc il y a des blessures et on doit faire avec, sauf qu'arrivé à un âge comme le mien, on doit faire un peu plus attention. Et faire attention, c'est ne pas prendre à la légère ces choses-là." S’il avoue être déçu de ne pas pouvoir participer à ces Mondiaux, Riner s’est efforcé de positiver, rappelant que l’objectif numéro un dans son esprit restait les JO de Paris, qu’il entend disputer à n’importe quel prix. "S'il faut que je monte sur les tapis en 2024 avec une jambe cassée, je le ferai", a affirmé Teddy Riner.

Interrogé sur d’éventuelles craintes liées à son physique, alors qu’il se présentait à l'Insep en béquilles et avec une attelle à la cheville droite, Riner a martelé son message: "Mon corps dit déjà stop, maintenant moi je ne l'écoute pas. J'optimise avec le staff médical et mon staff pour continuer jusqu'en 2024. Mais ça fait plus de 15 ans que je suis sur les tapis donc à un moment il craint, il s’exprime comme il peut, sauf que je le mets en sourdine." “Si mon corps dit stop, on ne l'écoutera pas et on ira", a-t-il ajouté.

QM avec Morgan Maury