RMC Sport

Mondiaux de judo: Korval vise une deuxième médaille

Loic Korval

Loic Korval - AFP

Loïc Korval tentera de décrocher une deuxième médaille mondiale (après 2010) ce mardi aux Mondiaux de judo d’Astana, au Kazakhstan. Annabelle Euranie et David Larose seront également en lice pour l’équipe de France.

Korval pour une deuxième médaille mondiale

« Je ne connais pas vraiment l’impression d’avoir peur. » A quelques jours du départ pour les championnats du monde, Loïc Korval (-66kg) a régalé les journalistes de ses sorties « korvalistiques ». Mais il faut reconnaitre que le garçon est chaud pour obtenir sa deuxième breloque mondiale après le bronze ramassé en 2010 à la surprise générale. En juin, Korval a réalisé un joli championnat d’Europe avec une belle médaille d’argent avant un numéro lors de l’épreuve par équipes. Ses adversaires craignent son style fantasque. Mais la catégorie des moins de 66 kilos est un véritable terrain miné. Korval devra être bouillant d’entrée face au local Mukanov. Un garçon qui a terminé vice-champion du monde en 2013 en n’hésitant pas à appuyer sur le coude endommagé du Japonais Ebinuma. Et après, que du lourd, quoi qu’il arrive.

Euranie, douze ans après ?

Il y a douze ans, Annabelle Euranie terminait vice-championne du monde des moins de 52 kilos. C’était à Osaka et aucun de ses partenaires actuels en équipe de France n’avait encore le survêtement tricolore. Après cette première carrière, Euranie a fait une pause bébé. Entouré de son compagnon et entraîneur Bastien Puget, elle a remis le judogi au plus bas niveau national avant de grimper les marches une à une. Son judo n’a pas bougé, son uchi-mata est toujours aussi tranchant. Avec ses armes, la longiligne Euranie a conquis un argent inattendu en juin aux Europe. Pourquoi ne pas viser plus haut ?

Larose pour surprendre

David Larose est venu en sous-marin à Astana. Pas avec le vaisseau submersible bien sûr mais en-dessous des radars. Le double vainqueur du tournoi de Paris est un pur outsider depuis que sa rupture des ligaments croisés en avril 2014 l’a repoussé dans les classements. David Larose est sur le sentier du retour. Même s’il ne s’est pas classé aux championnats d’Europe, sa performance contre l’Ukrainien Zantaraia, l’un des cadors de la catégorie, est encourageante. Le judo de Larose tout en coups d’éclat peut faire un malheur. A condition de sortir d’un tableau très dense en moins de 66 kilos. Ça commencera par un Nord-Coréen sans référence, avant le Russe Pulyaev, vice-champion du monde 2014, l’un des métronomes de la catégorie.

Morgan Maury, à Astana