RMC Sport

Riner dans la légende

Teddy Riner

Teddy Riner - -

Et de 5 titres mondiaux pour Teddy Riner, à nouveau sacré ce samedi à Bercy ! Un exploit colossal qui en fait le recordman des couronnes planétaires devant les légendaires Douillet, Yamashita, Fuji et Ogawa. Retour sur un quinté d'anthologie.

Rio de Janeiro 2007 : Le plus mythique
Champion d'Europe en avril à Belgrade à seulement 18 ans, Teddy Riner débarque au Brésil avec l'étiquette de menace. C'est pourtant là, pour son premier tournoi mondial, qu'il réalise ce qui restera l'une de ses performances les plus abouties. Tout en fraîcheur et vitesse, il avale tout le gratin mondial. Kosei Inoue, le plus grand styliste des années 2000, l'engin chinois Wei, et en finale, le Russe Tamerlan Tmenov, qu'il concasse sur un mouvement de hanche. En rythme comme une bossa, violent comme un baile funk.

Levallois 2008 : Le plus anonyme
La déception des Jeux olympiques de Pékin (3e) affleure encore. Riner veut prouver qu'il aurait dû devenir le premier junior à conquérir tous les titres principaux. Son ennemi, Satoshi Ishii, n'est pas là. Parti courir les dollars du combat libre. Mais le Russe Alexander Mikhaylin, qui voue une haine tenace à Teddy, est bien au rendez-vous. en finale. Ce Championnat du monde toutes catégories, coincé en décembre dans la salle de Levallois, n'a pas l'aura d'un Championnat du monde « normal », mais Riner répond présent. Puissant comme un taureau, il étouffe la concurrence.

Rotterdam 2009 : Le plus logique
Riner est le meilleur judoka du monde. La concurrence a pris un métro de retard même si le Français n'éblouit pas autant techniquement qu'à ses débuts. En revanche, son physique lui offre une marge qu'il n'avait pas avant. Dans la tête des arbitres aussi ça bouge. Riner est respecté et ses adversaires n'ont pas de joker . La preuve, cette finale face à Oscar Brayson. A 7 secondes de la fin, alors que les deux hommes sont à égalité, l'homme du centre n'hésite pas à sceller le sort du combat en pénalisant une fois de trop le Cubain.

Tokyo 2010 : Le plus construit
Le Français veut réaliser le même exploit que David Douillet en 1995 : ciseler le doublé lourds-toutes catégories lors d'un Mondial disputé au pays du judo. Pour réussir dans sa tâche, le Guadeloupéen n'hésite pas à zapper une semaine entière du reste de l'équipe de France masculine pour en baver seul dans la montagne. Son judo retrouve du brillant technique. Il pousse l'Allemand Toelzer sur le dos en finale. Malheureusement, Riner manquera pour presque rien le doublé quatre jours plus tard.

Paris 2011 : Le plus impressionnant
Sur la lancée de ce qu'il avait produit au tournoi de Paris en février, Teddy Riner a sorti une compétition de référence au niveau de la vitesse, de la puissance, et de l'instinct malgré seulement 15 jours de judo pur avant ce rendez-vous. Oui, la concurrence n'était pas vraiment là. Le Hongrois Bor, finaliste européen n'a pas résisté, les Japonais n'étaient pas au niveau et l'Allemand Toelzer, finaliste comme à Tokyo, est le seul à avoir montré de la contradiction. Riner dépasse Douillet, Ogawa, Yamashita et Fuji. Riner est « demolition man ».