RMC Sport

Riner sur une autre planète

Et de 5 pour Teddy Riner

Et de 5 pour Teddy Riner - -

En remportant ce samedi à Bercy son cinquième titre mondial, Teddy Riner a déboulonné David Douillet et les Japonais Ogawa, Yamashita et Fuji au rang des judokas les plus titrés en Championnats du monde. Après cette démonstration, on voit mal comment les JO pourraient lui échapper.

Amenez-lui Mike Tyson ! Donnez-lui Hulk ! Les poids lourds du judo ne sont que des pantins tenus par la grâce d'un marionnettiste. Ce samedi, grâce à un o-uchi-gari (grand fauchage intérieur), Teddy Riner a basculé plus loin que la légende. Riner a dépassé Douillet le magnifique, Yamashita l'invincible, Ogawa le traditionnel et Fuji l'éclair. Cinq titres mondiaux après un chef d'oeuvre parisien. Bercy a vu l'oeuvre la plus aboutie d'un garçon de 22 ans trop rapide pour le monde qui le côtoie. « Il faut faire une compilation de ses mouvements du jour et les envoyer tout de suite dans une école de judo parce que c'est parfait », juge David Douillet.

A Tokyo, lors de la compétition toutes catégories des Mondiaux 2010, on avait vu les molécules de ce qui serait le sel de son sacre parisien. Tous les "caramels" qu'il a collés (6), il les a posés sur des véritables « coups de judo », des beaux ippons. Riner n'est plus seulement cette machine qui broie, quitte à déplaire. Il pratique un beau judo. Avec six techniques différentes en six matches, il a ajouté la marque des grands, pas celle des machines. « C'est magnifique, tranche la légende Yasuhiro Yamashita (4 titres mondiaux et 1 olympique). Il est jeune et il continue de progresser à chaque fois qu'on le voit.»

Super-héros

Teddy Riner n'est pas resté invaincu pendant huit ans consécutifs comme le champion olympique de Los Angeles, mais il est devenu un super-héros du sport. Il perd, se relève, et prend sa revanche en frappant encore plus fort: « Je crois que cette défaite face à Kamikawa en finale des Mondiaux toutes catégories (l'an passé, ndlr) lui a fait du bien, pense Roger Vachon, l'un de ses proches à Levallois. Il a été obligé de se remettre en question. Voilà ce qui arrive en un an, Teddy Riner surclasse la planète. » En 6 combats, il n'a passé que 11'16 pour détruire ceux qui se présentaient face à lui. Et il n'avait que 20 jours de pur judo dans les pattes en raison d'un problème à l'annulaire de la main droite. En finale, l'Allemand Toelzer a résisté 3'33 -record de la journée- avant d'être déroulé sur le dos comme on récite une poésie.

Londres, c'est déjà demain. Troisième à Pékin, Riner doit gagner en Angleterre l'an prochain. «S 'il n'est pas champion olympique, c'est un échec, prévient René Rambier, directeur technique du haut-niveau. Un échec pour lui et le judo français ». La concurrence n'a pas encore vu Big Ben que Riner est déjà à Londres. Donnons-lui des partenaires, des adversaires, des coups de pied au derrière. S'il est en haut de la montagne des titres mondiaux, il n'est pas encore bien haut comparé à Douillet et Yamashita (respectivement 2 et 1 titre olympiques) dans la conquête de l'Olympe. Un vrai défi digne du super-héros qu'il est désormais.