RMC Sport

Agnel : « Je savais que j’en étais capable »

Yannick Agnel

Yannick Agnel - -

Vainqueur ce jeudi de l’épreuve reine des championnats de France de Dunkerque, le 100m (48’’02), le Niçois s’est qualifié sur la distance pour les JO de Londres. Pari gagné !

Yannick, quelle finale…

C’était une finale très serrée une nouvelle fois oui et je suis content. J’ai réussi à mettre en place ce qu’il fallait pour être le premier à toucher. Je suis également heureux pour Clément Lefert (3e, ndlr). Il a réalisé un super chrono qui le qualifie pour le relais. Ce n’est que du bonheur ce soir !

Que représente pour vous cette victoire face à des cadors de la spécialité ?

C’est satisfaisant mais je ne vais pas non plus exploser de joie car il y a encore beaucoup de travail à fournir pour arriver au niveau des Australiens. Il va falloir bosser…

Vous terminez tout de même devant le champion olympique en titre, Alain Bernard…

Oui mais en quelques années beaucoup d’eau a coulé sous les ponts… Je m’estimais au moins au niveau de tous les participants à cette finale et je suis vraiment heureux d’être arrivé premier. Cela me fait tout de même un peu de peine pour Alain, qui est un camarade. Je me suis entrainé à côté de lui pratiquement toute l’année, on a fait des compétitions ensembles. Il part tout de même au relais (remplaçant, ndlr). Je pense qu’il va falloir qu’on se reconcentre pour faire une bonne performance et ne pas se prendre la tête comme en 2008, ce qui avait desservi les relayeurs.

C’était un pari risqué d’abandonner le 400m pour se consacrer au 100m et au 200m...

Risqué ? Pas pour moi. Dans ma tête, je savais que j’en étais capable et aujourd’hui je suis premier sur 100m et 200m dans ces championnats de France.

Maintenant, ce sont les Jeux Olympiques qui sont en ligne de mire…

C’est vraiment super. Mais je l’ai dit et je le répète, si je veux passer ne serait-ce qu’en finale, je vais devoir travailler très dur sur les mêmes thématiques que celles que nous avons travaillées toute l’année. Il y a des points où je suis un peu faible. J’ai encore perdu pas mal de temps sur ce 100m. Il me reste donc pas mal de choses à améliorer.

Propos recueillis par Julien Richard et Pierrick Taisne, à Dunkerque