RMC Sport

Agnel, la légende est en marche

Yannick Agnel

Yannick Agnel - -

Après le 4x100m dimanche, Yannick Agnel a remporté le 200m nage libre ce lundi aux Jeux Olympiques de Londres. A 20 ans, le prodige niçois est sur un nuage. Et dire qu’il peut encore s’imposer mercredi sur 100m…

« Maman » Agnel était fière, dimanche soir. Son garçon, qu’elle avait vu quitter la maison familiale à 14 ans, venait de devenir champion olympique du 4x100m. Mais en fine connaisseuse de Yannick et de la natation mondiale, elle se disait peut-être que ce n’était que le début. Que son grand, 2m02 de talent pur, ne s’en contenterait pas. Il faut toujours écouter sa mère et Yannick Agnel ne pouvait pas l’avoir oublié en une nuit. Une courte nuit pour une journée qui allait faire de lui le premier double champion olympique français de natation lors d’une même édition. Au centre aquatique de Londres, lundi soir, sur 200m nage libre, il y avait Yannick Agnel et les autres. Eblouissant vainqueur en 1’43’’14 (record de France), il a relégué le Sud-Coréen Taehwan Park et le Chinois Sun Yang, deuxièmes ex-aequo, à près de deux secondes (1’’79). Enorme !

Il a 20 ans depuis le 9 juin, l’avenir devant lui et déjà, un passé à faire pâlir une collection de cadors des bassins. « C’est le talent et le travail, l’excellence comme moteur, la détermination, l’envie de réussir, explique le DTN, Christian Donzé. Il met tout en oeuvre pour atteindre ses objectifs. Il a lancé magnifiquement sa course. Le clan français a compris aux 125m que la victoire était très proche. Et puis aux 150m, il décroche tous ses adversaires. Il a fait ce qu’il a dit. Ce n’est pas de l’arrogance. Il a mis en phase les actes et les paroles. » Yannick Agnel, le Nîmois exilé à Nice pour travailler sous les ordres du stakhanoviste Fabrice Pellerin, nage dans la coulée des plus grands. Certains ont même osé une comparaison folle au premier regard, un peu moins en s’y repenchant, avec Michael Phelps. Mais le roi d’Athènes et Pékin, deuxième dimanche avec le relais, est intouchable avec 17 médailles dont 14 en or.

Agnel : « Pas un aussi grand champion que Phelps »

Si l’Américain (27 ans) raccrochera ses lunettes après Londres, la polyvalence et la soif de victoires de Yannick Agnel, qui ne dispute que ses premiers JO, peuvent éventuellement lui permettre dans les quatre et huit prochaines années de copier Michael Phelps en grappillant des médailles tous azimuts. « Je ne suis pas un aussi grand champion que Michael Phelps, certainement pas », nuance le Français. Pour son coach, « Michael Phelps, ce qu’il réalise, ça reste quand même à une hauteur assez élevée ». Puis Fabrice Pellerin philosophe et repousse encore les limites. « La meilleure façon d’avancer, d’être le champion qu’on a en soi, ce n’est pas d’aller chercher la comparaison, assure-t-il. Sinon sa propre comparaison. Quand on touche à son propre but, on a touché à l’ultime selon moi. Mais on n’est pas dans la comparaison des palmarès. »

Si l’entraîneur niçois ne veut pas comparer, toujours est-il que son protégé présente désormais un titre olympique de plus que Laure Manaudou (2004) et autant qu’Alain Bernard (2008, 2012). Mais le néo-retraité peut trembler pour le record absolu, puisque Yannick Agnel visera ce mardi une place en finale du 100m des Jeux Olympiques et un nouveau titre mercredi soir, sans compter les relais (4x200m, 4x100 4N). Seule sa copine Camille Muffat semble aujourd’hui en mesure de rivaliser avec lui. Et c’est d’ailleurs elle qui donne le tempo depuis dimanche. « En cuisine, Yannick, ce serait un grand chef, sourit, ravi, le président de la Fédération française de natation, Francis Luyce. C’est un grand champion qui nous permettra d’avoir encore, j’en suis sûr, de brillantes satisfactions jusqu’à la fin de la semaine. » A condition de prendre soin des cœurs des supporters français, aux palpitations complètement dingues ces dernières 24 heures !

LP avec PT et JRi