RMC Sport

Agnel prépare l’avenir

-

- - -

Vainqueur du 400 m NL – son ancienne distance de prédilection – des Championnats de France de Chartres ce mardi, Yannick Agnel a travaillé la technique qui devrait pouvoir le mener vers des titres internationaux sur la distance.

En sport comme dans la vie, on n’oublie jamais ses premières amours. Souvent, on prend même plaisir à se laisser y replonger. Demandez donc à Yannick Agnel. De retour dans son pays natal à l’occasion des Championnats de France de Chartres, le double champion olympique de Londres – 200 m NL et relais 4x100 m NL – a renoué ce mardi avec la distance de ses exploits de « jeunesse », le 400 mètres nage libre, qui lui avait permis de décrocher son premier titre international aux Championnats d’Europe grand bassin 2010 de Budapest mais que le garçon avait délaissé ces dernières années au profit du 100 et surtout du 200 mètres NL (il en avait tout de même disputé un en janvier à Austin, Texas).

Et comme à l’époque, celui qui s’entraîne désormais à Baltimore sous la férule du coach américain Bob Bowman a fait rimer 400 avec succès. Meilleur temps de séries le matin en 3’52’’54, l’ancien Niçois a remporté la finale de l’après-midi en 3’49’’65. Le tout en suivant à la lettre les consignes : partir très vite en début de course puis gérer au mieux. Passé à mi-course avec près de deux secondes d’avance sur son record de France et une seconde sur le record du monde, Agnel a complétement explosé dans les derniers aller-retour mais est parvenu à sauver la victoire, conservant de justesse deux dixièmes d’avance sur le Tunisien Ahmed Mathlouthi.

« Encore beaucoup de choses à apprendre »

Mission accomplie, donc, avec dans la besace le billet pour les championnats d’Europe de Berlin (13-24 août). « Le contrat est rempli, confirme le nageur tricolore. Il fallait que je parte vite, sur ces temps-là, et puis après tenir si possible. Ça manque un peu de fraîcheur sur la fin, je n’avais plus rien sur le dernier 50 mais ce n’est pas grave, la qualification est en poche. » Des enseignements pour l’avenir, aussi.

« Il faudra que je parte assez vite, comme ça, pour être compétitif au niveau international, explique Yannick, également engagé sur 100 et 200 m NL à Chartres. J’espère être compétitif sur cette distance à haut niveau. Si je veux glaner une médaille d’or aux championnats du monde ou aux Jeux Olympiques, il faut être dans ces temps de passage puis revenir deux ou trois secondes plus vite. C’est une chose à travailler. Là, je me suis peut-être un peu enflammé sur le premier 100. C’est le nageur de 200 qui parle et j’ai encore beaucoup de choses à apprendre sur 400. » Avec un tel talent et les souvenirs du passé comme bases de départ, quelque chose nous dit que l’élève Agnel va vite pointer le bout de son maillot en tête de classe.

A lire aussi :

>> Bowman : "Agnel réalise des choses à l'entraînement que Phelps n'a jamais faites"

>> Pellerin : "Le dossier est bouclé"

>> Tops Sports 2013 : Agnel, c'est l'Amérique

A.H. avec Julien Richard à Chartres