RMC Sport

Agnel : « Un plaisir retrouvé dans l’eau »

Yannick Agnel

Yannick Agnel - -

EXCLU RMC SPORT. Invité de l’Intégrale Sport ce dimanche sur RMC, Yannick Agnel a fait le bilan sur ses Mondiaux, avec ses deux médailles d’or remportées sur 200m et 4x100m NL. Le Français, impatient de retourner à sa nouvelle vie américaine, savoure la joie ressentie lors de cette compétition.

Yannick Agnel, cela doit être agréable de vivre cette dernière journée des Mondiaux avec deux médailles d’or autour du cou ?

Depuis mardi, je le vis plutôt bien. Je flâne, je me prépare au bord du bassin, je reste présent pour l’équipe et les copains. Je serai là ce soir (dimanche), soit dans l’eau, soit dans les gradins pour les encourager.

Comment avez-vous abordé ces Mondiaux ?

J’ai été assez décontracté. Ces championnats représentaient pour moi un bonus et un challenge avant tout. Et au final, ça s’est super bien passé. En revanche, les sensations physiologiques dans l’eau, ce n’était pas top. A part ma finale du 200m… Le reste, ce n’est même pas la peine. C’est très dur et on a senti un bon manque de préparation. Mais je suis ravi que ça se soit bien passé.

Il y a trois mois, vous ne deviez rien faire à Barcelone. Finalement, vous repartez avec deux médailles d’or…

En trois mois, ça fait pas mal de chemin parcouru. Quand j’y repense… Si on m’avait dit, il y a quelques semaines de cela, que ça se terminerait comme ça et qu’il y aurait un chamboulement dans ma vie aussi important que celui-là, je ne l’aurais pas cru. Je suis ravi, je suis soulagé. Je suis vraiment « à la cool ». Tout se passe merveilleusement bien. Dans les jours à venir, ça va être tout aussi cool avec Bob (Bowman) et le groupe d’entraînement. J’ai un plaisir retrouvé dans l’eau et dans la compétition et c’est le plus important.

Jusqu’où pouvez-vous aller, surtout quand on voit votre performance sur 200m avec si peu de préparation ? Quels sont vos objectifs ?

Des objectifs assez élevés. Je ne peux pas le dire sinon il n’y a pas de fun. Il faut que je laisse un peu de suspense (rires). On a plein d’idées en tête avec Bob. Cette année d’entraînement va me permettre de prendre mes marques. On va voir comment ça va se passer. Dans tous les cas, il y aura du gros boulot avalé à l’entraînement et pas mal de fun en compétition. J’espère avoir des ambitions assez élevées. En tout cas, je les ai déjà dans un coin de ma tête.

Vous avez remercié votre agent Sophie Kamoun, votre entraîneur Bob Bowman et votre mère, via un message sur Facebook. Vous avez ressenti le besoin d’être entouré lors des moments de doute que vous avez traversés ?

Effectivement. J’ai pris des décisions qui n’étaient vraiment pas faciles. Heureusement que j’ai eu ces personnes-là dans mon entourage. Je voulais vraiment les remercier tout particulièrement. Ma mère et Sophie, je les appelle les deux femmes de ma vie, en attendant la troisième. Je ne ferme pas la porte (rires). Elles ont été des personnes d’exception avec moi. Elles m’ont soutenu au moment où ça allait le moins bien. C’est dans ces moments-là qu’on se rend compte de qui est proche de vous et qui tient à vous. Je tiens encore à les remercier pour ça.

Un petit mot sur votre nouvel environnement et votre quotidien aux Etats-Unis…

Je prends vraiment plaisir à cette nouvelle vie américaine. Je suis allé voir un match de baseball, je ne connaissais pas du tout les règles. Ce que j’attends avec impatience, c’est le premier match des Ravens de Baltimore (franchise de football américain), qui ont remporté le dernier Superbowl. Apparemment, Bob et Michael (Phelps) ont un box dans le stade. Ça doit être quelque chose de furieux… Ce sera essentiellement de l’entraînement, du dodo et bien manger, ce qui n’est pas forcément évident aux Etats-Unis. On va bien s’amuser, je pense.

A lire aussi

Mondiaux : F. Manaudou, le premier couac

Mondiaux - F. Manaudou : « Un échec qui va me faire du bien »

L'actu des Mondiaux

Propos recueillis par François Giuseppi à Barcelone