RMC Sport

Dunkerque : les JO en ligne de mire

-

- - -

Les 29 nageurs français qualifiés pour les Jeux olympiques de Londres sont tous réunis depuis mercredi soir à Dunkerque. L’objectif de ce grand rassemblement : effectuer les derniers réglages avant la compétition et renforcer la cohésion du groupe.

Il y a comme un avant-goût londonien dans cet ultime stage à Dunkerque, où sont réunis tous les nageurs olympiques français depuis mercredi soir. Tout est en effet mis en œuvre pour les mettre « dans le bain » avant l’échéance capitale qui les attend. Une immersion qui s’est déjà faite par le climat dunkerquois, certes un peu moins attrayant que celui de la Cote d’Azur, mais qui ressemble à s’y méprendre à celui de Londres.

Afin d’être directement mis dans l’ambiance, les paquetages pour Londres attendaient chacun des 29 nageurs dans sa chambre d’hôtel. Une agréable surprise qui n’a pas manqué d’enthousiasmer les Bleus, à l’image du démonstratif Amaury Leveaux : « C’est le plus important le paquetage. L’équipement, rien d’autre ! » Plus mesurée, Camille Muffat n’en était pas moins heureuse. « Cela fait toujours super plaisir de recevoir des sacs remplis d’équipements des JO, lâche la nageuse niçoise. On sent dès le début que tout va être en grand, c’est vraiment une autre dimension ! »

Tout a été pensé pour rappeler Londres aux Français, à l’image du décor de la piscine de Dunkerque, resté le même depuis les championnats de France en mars dernier, avec le Tower Bridge en géant. Les grands exploits sont souvent faits de petits détails… Autre objectif du rassemblement : renforcer la cohésion du groupe. Comme à Londres, les nageurs vivent ensemble à Dunkerque et l’ambiance semble déjà au beau fixe. « On joue à la Wii tous les soirs, plaisante même Amaury Leveaux. Tous ensemble, on s’amuse bien, on rigole et il y a une belle entente ».

L’incertitude Manaudou

Une bonne ambiance qui sera à coup sûr une force pendant l’olympiade. En ce qui concerne l’entrainement, le plus gros de la préparation est passé et il s’agit désormais de peaufiner. « Il n’y a rien à acquérir, il faut juste entretenir. Ils ont bien préparé leur sujet toute l’année et il n’y a donc pas de raisons de stresser » rassure Fabrice Pellerin, l’entraineur de Camille Muffat et Yannick Agnel à Nice. Les Bleus resteront à Dunkerque jusqu’au 24 juillet, date à laquelle ils partiront pour Londres en Eurostar…de Calais, où le train s’arrêtera tout spécialement pour eux. S’ils ne brillent pas dans la capitale anglaise, les nageurs français auront au moins été mis dans les meilleures conditions y arriver.

A moins de dix jours du début des Jeux olympiques, il demeure toujours bien difficile de jauger le niveau actuel de Laure Manaudou. A son avantage lors des championnats de France à Dunkerque en mars dernier, la nageuse star a déçu à l’Open EDF, n’obtenant qu’une cinquième place lors de sa finale du 100 m dos, en 1’01’’16. Une prestation qu’elle n’avait pas souhaité commenter à chaud. « J’étais énervée de la place que j’ai faite parce que le temps n’était pas trop mauvais par rapport au temps que j’avais fait aux sélections en mars à Dunkerque. Je n’avais pas envie de faire face à des questions négatives et je ne voulais surtout pas m’énerver sur vous (les journalistes) mais sur moi-même. »

Reste que les doutes persistent sur sa capacité réelle à lutter avec les meilleures à Londres. Son entraineur, Romain Barnier, ne semble d’ailleurs pas très convaincu : « Il va falloir attendre le jour J pour savoir ce qu’elle est capable de faire. Je crois qu’elle peut rentrer en finale, j’en suis persuadé. Elle a assez de talent pour le faire. Mais vous dire aujourd’hui que Laure va faire de grands Jeux olympiques, je n’ai pas envie de le faire ». Une déclaration qui en dit long.

Anthony Tallieu avec Julien Richard