RMC Sport

Frédérick Bousquet : « La Jaked c’était marrant »

Frédérick Bousquet et sa nouvelle combinaison

Frédérick Bousquet et sa nouvelle combinaison - -

A Paris pour préparer l’Open de France de natation qui débute demain et présenter à la presse son nouvel équipementier Mizuno, Frédérick Bousquet en a profité pour revenir sur le débat des combinaisons dont l’issue devrait être trouvée lundi.

Frédérick Bousquet, si la Jaked est autorisée aurez-vous le droit de la porter aux Mondiaux ?
La FINA nous met tous dans une situation délicate. Suivant les produits autorisés des choix seront faits. On verra bien. On est tous obligé d’avoir une certaine souplesse. Je ne me sens pas du tout enfermé au niveau de mes décisions avec Mizuno et eux ne veulent que ma réussite sportive. On verra.

Avez-vous testé le modèle 100% polyuréthane de Mizuno ?
Oui, une fois.

Des regrets de ne pas porter la Jaked ?
Non, c’était marrant ce porter de genre de combinaisons. Si ça doit s’arrêter ça ne sera pas bien grave on va continuer à nager.

Quels sont vos objectifs à l’Open de France ?
Prendre des repères. Il y a eu deux très bonnes sorties à Canet et Barcelone. Je veux continuer à monter en puissance et voir aussi comment je réagis puisque depuis Canet je me suis bien remis dedans à l’entraînement et aussi en musculation. Physiquement je suis un peu chargé mais techniquement j’ai de très bonnes sensations. J’espère pouvoir bien me placer techniquement, mieux qu’à Canet.

Il y a un beau plateau à Paris c’est important ?
C’est un petit peu une répétition générale, un peu comme à Barcelone et Canet. J’ai même l’impression que le plateau est plus relevé ici. Mon copain Cesar Cielo ne sera pas là. J’espère qu’Eamon Sullivan sera remis de sa maladie. C’est toujours sympa de pouvoir nager à côté de lui. Le fait que le plateau soit aussi relevé va mettre le feu aux poudres et nous pousser les uns les autres à faire une bonne performance.

C’est important d’enchaîner autant de courses avec le 50m nage libre, le 100 mètres nage libre, un relais et une épreuve de papillon?
Oui. Même si nerveusement c’est un peu dur on récupère rapidement de ces courses. C’est important pour moi de prendre ces repères et de savoir comment je vais m’y prendre pour attaquer ces courses. Au-delà du chrono c’est plus la manière dont je vais m’y prendre pour faire ces temps qui m’intéresse.

Quel avenir voyez-vous à votre record du monde du 50m nage libre (20’’94) ?
Je ne m’attends à rien. S’il est homologué tant mieux. S’il ne l’est pas tant mieux aussi. Ca me permettra de me motiver encore plus pour aller le chercher et le prendre pour un vrai record. Je n’ai pas de position par rapport à l’histoire des combinaisons. J’assumerai. On verra dans quelles conditions je nagerai.

La rédaction - Julien Richard