RMC Sport

JO 2016 : Agnel veut faire le 200m en individuel

Yannick Agnel

Yannick Agnel - AFP

EXCLU RMC SPORT - Invité d’Inside Rio ce dimanche après-midi sur RMC, Yannick Agnel a révélé qu’il désirait s’aligner sur le 200m en individuel, dont il est champion olympique en titre, aux JO de Rio (5-21 août).

Yannick Agnel, vous êtes actuellement en stage en altitude en Sierra Nevada. Racontez-nous…

Ce n’est pas la première que je m’y rends. On est à 2 320m d’altitude. C’est à 40 minutes de Grenade. On a un centre omnisports. On est confiné ici pendant trois semaines. Il fait un peu plus frais qu’en France mais ça se passe bien.

Que recherchez-vous là-bas ? Des grosses séances de travail ?

Oui c’est un gros cycle de travail qui va nous permettre de pouvoir durer. C’est comme pédaler extrêmement fort quand on est dans une cote. Cela permet de passer en roue libre sur les derniers mois de la saison. On nage 6-7 km deux fois par jour avec des grosses séances de musculation. C’est un travail de fond qui est effectué en altitude. Je descendrai pile pour les championnats d’Europe à Londres (9-22 mai).

Vous y disputerez une seule épreuve, le relais 4x200m ?

Exactement. J’aurais aimé faire le 200m en individuel mais ça ne collait pas au niveau du planning. Je rejoindrai avec plaisir l’équipe de France. On va bien s’amuser.

Avez-vous avancé dans votre réflexion sur votre participation à l’épreuve du 200m en individuel aux Jeux de Rio ?

Oui. Aujourd’hui, je pense que je vais me positionner sur les deux épreuves, le 4x200m et le 200m en individuel. Suivant les prochaines compétitions, je verrai dans les prochains mois mais je suis vraiment motivé et remonté à bloc. J’ai envie de faire mon maximum sur toutes les épreuves sur lesquelles je suis qualifié.

Ça veut dire que vous avez retrouvé l’envie, que vous croyez à nouveau à vos chances en individuel…

Je ne les avais jamais perdues. Je me dis que, vue la densité dans laquelle se trouve le niveau mondial sur le 200m nage libre, s’il y a la moindre chance d’être champion olympique, je la saisirai sans aucun problème. Et aujourd’hui en Sierra Nevada on est en train de construire toutes ces chances.