RMC Sport

Lacourt, champion sans éclat

Camille Lacourt

Camille Lacourt - -

En 53’’73, Camille Lacourt a dominé Jérémy Stravius en finale du 100m dos, ce mercredi aux championnats de France à Chartres. Un titre que le Marseillais espérait décrocher avec un chrono sous les 53 secondes. D’où sa déception après la course.

C’était l’heure des grandes retrouvailles, ce mercredi aux championnats de France. Depuis les Mondiaux d'août dernier, Camille Lacourt et Jérémy Stravius ne s’étaient pas recroisés dans les bassins. L’un s’est exilé six mois en Australie pour s’entraîner, l’autre a recentré sa préparation sur son épreuve fétiche, le 100m dos. Une distance sur laquelle les deux hommes ont été co-champions du monde en 2011 à Budapest et sur laquelle ils se sont retrouvés ce mercredi dans le bassin de Chartres. Et leur neuvième confrontation dans des finales nationales et internationales depuis 2009 a tourné à l’avantage du « beau gosse ». Avec un chrono de 53’’73 (moins rapide qu’en demi-finale), Camille Lacourt a dominé en finale Jérémy Stravius (53’’86) et Benjamin Stasiulis (54’’83), récupérant ainsi son titre de champion de France de 100m dos, le cinquième de sa carrière en grand bassin sur cette distance.

Par la même occasion, les trois hommes en profitent pour valider leur billet pour les championnats d’Europe de Berlin (18-24 août). Au-delà de ça, ces championnats de France devaient permettre aux locomotives de la natation française de se jauger, avec en ligne de mire les objectifs européens de l’été. « J’étais venu ici pour nager vite, être champion de France et avoir mon ticket pour Berlin. Ça fait déjà deux sur trois, c’est pas mal », confiait Camille Lacourt, déçu par son temps en finale. Bien décidé à redevenir le meilleur dossiste du monde, le nageur de Marseille avait décidé de s’envoler pour l’Australie au lendemain de ses deux titres mondiaux d’août dernier (50m dos et 4x100 4 nages). Sous la houlette de Ian Pope, le Français y a découvert de nouvelles méthodes d’entraînement, plus intensives qu’en France.

Lacourt : « A Berlin, il faudra être nettement plus rapide »

Ravi de son expérience au pays des kangourous, le triple champion du monde se voyait même passer sous la barre des 53 secondes en finale. C’est raté pour cette fois. « J’étais venu ici pour passer sous les 53 secondes, témoigne l’intéressé. C’est un peu la déception. Je pense que je les ai en moi, mais ça ne se passe pas comme prévu pendant la course. Ça fait partie du sport et du jeu. Maintenant, il me reste trois ou quatre bons mois pour régler ça pour les championnats d’Europe, où il faudra être nettement plus rapide. »

Battu par Camille Lacourt pour la cinquième fois sur 100m dos depuis 2009 (contre trois victoires), Jérémy Stravius tirait, lui, un bilan bien plus positif de sa finale. Un an après sa razzia de Rennes, où il avait décroché quatre titres nationaux (50 m, 100 m dos, 100 m papillon, 200 m 4 nages), l’Amiénois est dans les temps qu’il s’était fixés pendant sa préparation, qu’il a axée le 100 m dos, sacrifiant ses autres épreuves. « C’était une belle course, bien accrochée jusqu’au bout, assure Stravius. Nager sous les 54 secondes, c’est pas mal et ça lance bien la route vers les championnats d’Europe. Je suis exactement dans le rythme que je me suis fixé. Cette année, ce n’est pas forcément très grave d’avoir fait un gros 53 secondes. Les bilans mondiaux sont peut-être plus élevés mais, au niveau européen, on fait partie des meilleurs avec Camille. Ça va être ça jusqu’au bout de la saison. »

A.M avec J.Ri à Chartres