RMC Sport

Laure Manaudou en toute tranquillité

Laure Manaudou

Laure Manaudou - -

Jeune retraitée des bassins, Laure Manaudou entame sereinement sa nouvelle vie. La championne olympique 2004 du 400 m lance une ligne de maillots de bain. A 26 ans, elle semble s’épanouir loin de la compétition.

Cette fois, elle ne reviendra pas. Oui, Laure Manaudou a définitivement tiré un trait sur sa carrière de nageuse professionnelle. D’ailleurs, l’ancienne sportive préférée des Français dit passer très peu de temps dans l’eau, « 15 minutes par semaine, et encore j’en ai vite marre. » Mais l’ex-« Sirène de Melun » n’a pas totalement coupé avec la natation. Elle lance d’ailleurs une ligne de maillots de bain, en partenariat avec la marque Topsec. Un début de reconversion qui lui convient bien : « J’ai envie de faire plein de choses ! lâche-t-elle. Ça va continuer sur quelques collections avec Topsec, et peut-être que je me découvrirai une passion pour le design. Pour le moment, j’ai la chance de faire ce que j’aime, et tranquillement, surtout ».

Comme si elle devait compenser le tumulte de ses années dorées, Manaudou mise aujourd’hui sur la sérénité. Mieux préparée à « l’après » que lors de sa première retraite, en 2009, elle l’a aussi vécue avec moins d’inquiétudes. Illustration de ce nouvel état d’esprit, elle s’est essayée à un sport bien différent de la natation : le yoga bikram, du yoga dans une salle chauffée à 40°. Ambiance.

Avec Florent, le passage de témoin

Adepte des tatouages, Laure Manaudou a, depuis peu, inscrit le long de sa colonne vertébrale une phrase (à rallonge) qui résume son histoire: « ne pas me juger sur mes succès, mais sur combien de fois je suis tombée et combien de fois je me suis relevée. ». Un message qui témoigne de son orgueil. Message, aussi, à l’attention du petit frère, Florent, champion olympique du 50 m aux JO de Londres. Comme elle, il a connu la gloire olympique.

Aujourd’hui, Laure voit ses erreurs passées comme un exemple à ne pas suivre, un « cadeau » pour Florent. Un frère qui l’impressionne : « Physiquement, il est devenu monstrueux, et à côté il semble détaché. Il s’en sort très bien pour un jeune ! ». D’ailleurs, si elle dit ne pas évoquer la compétition quand elle le voit, elle suit toujours de très près ses performances et se rendra aux Championnats du monde de Barcelone (28 juillet au 4 août) pour l’encourager. Clin d’œil de l’histoire, c’est aussi en Catalogne que Laure Manaudou avait disputé ses premiers Mondiaux. Il y a déjà 10 ans…

A lire aussi :

L.Manaudou : « J’ai des projets »

L.Manaudou : « Le bon moment »

L’hommage du sport français à Laure Manaudou

Thomas de Saint Leger, avec Julien Richard