RMC Sport

Le jour de gloire d’Adrian

Nathan Adrian

Nathan Adrian - -

Longtemps second couteau dans l’armada des sprinteurs américains, Nathan Adrian a passé la vitesse supérieure pour décrocher son premier titre majeur, avec l’or au 100m, devant la fusée australienne Magnussen. Agnel est 4e.

Habitué des récompenses collectives avec les relais US, Nathan Adrian a su patienter pour décrocher la timbale lors de la finale du 100m olympique, mercredi à Londres. L’Américain de 23 ans s’est imposé en 47’’52, devant James Magnussen, et le Canadien Brent Hayden. Yannick Agnel, triple médaillé olympique, se contente de la quatrième place (47’’84). Pour Adrian, ce titre est une consécration après des années passées dans l’ombre des ténors.

« Je suis ravi de ramener l’or aux Etats-Unis (ce n’était plus arrivé depuis les JO 1988 et Matt Biondi, ndlr). Le 100 m nage libre est une tradition pour nous. Ce n’était plus le cas depuis plusieurs Olympiades. J’ai ramené l’or olympique à la maison. J’en suis très content. Je ne pensais pas nager aussi vite. Je suis vraiment content de ma performance. »

Régulièrement sous les 48 secondes

A Pékin, pour ses premiers Jeux, il repart avec l’or du relais américain, vainqueur de la France à la touche, après avoir pris part aux séries. En 2009, il devient champion des Etats-Unis à la faveur de deux grands absents : Michael Phelps et Jason Lezak. Aux Mondiaux de Rome la même année, il bisse avec le relais, qu’il court cette fois en finale. Enfin, lors des derniers Mondiaux à Shanghai, il récolte deux médailles avec ses camarades du 4x100m et du 4x100m 4 nages, mais finit 6e du 100m.

Ici à Londres, le Californien a réussi régulièrement à abaisser sa marque sous les 48’’, avant de frapper un grand coup mercredi soir en finale de l’aller-retour (47’’52). « C’est le meilleur, il le mérite », dit de lui Yannick Agnel. Le meilleur pour une fois, et sans l’aide de personne.

L.C. à Londres