RMC Sport

Les « fusées » du 100m prêtes à décoller

James Magnussen et Nathan Adrian

James Magnussen et Nathan Adrian - -

Ambiance électrique garantie ce mercredi soir (21h20), avec la finale de l’épreuve reine de natation. Si l’Australien James Magnussen fait figure de grandissime favori, Yannick Agnel a les moyens de réaliser le hold-up. Revue d’effectif des 8 finalistes.

James Magnussen (Australie, 21 ans)

Meilleur temps des demi-finales : 47’’63
Le murmure décrivant un phénomène est venu de l’autre bout du monde, au début de l’année 2011. Une fusée a décollé aux Championnats d’Australie, a surfé sur les Mondiaux de Shanghai (l’or sur 100m et 4x100m) et a encore accéléré fin mars 2012 lors de ses sélections nationales en réalisant le meilleur temps de l’année sur l’aller-retour (47’’10). Imbattable, James Magnussen ? Si son passage de relais, dimanche, n’avait pas franchement convaincu (48’’03), sa prestation en demi-finale l’a repositionné tout en haut de la hiérarchie. Le favori pour le titre suprême, c’est lui.

Nathan Adrian (Etats-Unis, 23 ans)

2e temps des demi-finales : 47’’97
Il a déjà une médaille d’or aux Jeux Olympiques dans sa collection. C’était en 2008 et il participait aux séries du 4x100m qu’allaient ensuite remporter Michael Phelps, Garrett Weber-Gale, Cullen Jones et Jason Lezak à la touche devant l’équipe de France. Un apprentissage poursuivi en 2009 aux Mondiaux de Rome, avec cette fois une place en finale du relais (1er). Sixième des derniers Mondiaux sur 100m, il a signé le meilleur chrono de sa vie (47’’89) en tant que premier relayeur américain dimanche soir. Et a confirmé en demie en descendant une nouvelle fois sous les 48 secondes.

Hanser Garcia (Cuba, 23 ans)

3e temps des demi-finales : 48’’04
C’est l’invité surprise de cette finale olympique. Crédité seulement du 32e temps mondial avec un chrono de 48’’85 avant son entrée en lice aux JO, le vice-champion panaméen 2011 ne cesse de monter en puissance. S’il parvient à se hisser sur le podium, il deviendra le troisième nageur seulement de l’histoire du Panama à décrocher une médaille olympique après Rodolfo Falcón et Neisser Bent, couverts d’argent et de bronze aux Jeux Olympiques d’Atlanta 1996.

Sebastiaan Verschuren (Pays-Bas, 23 ans)

4e temps des demi-finales : 48’’23
Plus fort que Garcia, c’est Verschuren. Sans son petit accordéon, le Néerlandais s’est transcendé pour accéder à la finale olympique du 100m, lui qui pointait au 47e rang mondial (49’’09) avant les JO. Nageur de 1500 m à ses débuts (notamment lors des Championnats d’Europe 2006), ce colosse d’1,93m n’a cessé de raccourcir les distances au fil des années. Avec un certain succès, comme le confirme sa nette qualification pour la finale du 100m.

Cesar Cielo (Brésil, 25 ans)

5e temps des demi-finales : 48’’04
Sa relative discrétion cache-t-elle une part d’intox ? Plus à l’aise sur 50m (champion olympique en 2008), une distance sur laquelle il va se présenter avec le meilleur temps de l’année, le Brésilien reste quand même -excusez du peu- le recordman du monde du 100m (46’’91). Mais c’était à l’époque des combinaisons et en 2012, Cesar Cielo n’a pas fait mieux que 48’’04 (en demie), contre 47’’84 en 2011. Son expérience des grands rendez-vous le rend malgré tout toujours dangereux.

Brent Hayden (Canada, 28 ans)

6e temps des demi-finales : 48’’21
L’un des vétérans parmi les « purs-cent ». Champion du monde à Melbourne en 2007, ex-aequo avec l’Italien Filippo Magnini, vice-champion du monde à Shanghai l’an dernier derrière James Magnussen, le Canadien est un habitué des podiums. Arrivera-t-il à monter une nouvelle et dernière fois dessus à Londres ? Il a annoncé sa retraite à la fin de la saison et se mariera le 19 août avec sa fiancée libanaise à Beyrouth. La fête serait belle.

Yannick Agnel (France, 20 ans)

7e temps des demi-finales : 48’’23
Auteur d’un dernier relais ahurissant dimanche à Londres (46’’74 lancé, soit 17 centièmes de moins que le record du monde du Brésilien César Cielo) puis d’un 200m encore plus stratosphérique, il a marqué le pas en demie en raison de la fatigue accumulée par son titre olympique de la veille. Troisième meilleur performeur mondial de l’année avant les JO, il a reculé d’un rang après les demies. Pour mieux rebondir et succéder au palmarès à Alain Bernard ?

Nikita Lobintsev (Russie, 23 ans)

8e temps des demi-finales : 48’’38
Cinquième performeur mondial avant le début des JO après son chrono réalisé aux Championnats de Russie, Lobintsev a confirmé son rang en réalisant une performance sensiblement la même en demi-finale. Habitué aux grandes échéances pour avoir déjà participé à une finale olympique (celle du 400m en 2008 à Pékin), le Russe ne devrait pas céder sous la pression. Mais a-t-il vraiment les moyens de se hisser sur le podium ?

LP et GM