RMC Sport

Les nageurs reçus à l’Elysée

Camille Lacourt et Yannick Agnel à l'Elysée

Camille Lacourt et Yannick Agnel à l'Elysée - -

Après leur moisson exceptionnelle aux championnats d'Europe de Budapest, les nageurs français ont été reçu à déjeuner ce jeudi par le Président de la République.

Malgré la grisaille parisienne, les stars de la natation française ont le sourire ce jeudi matin. Après avoir reçu les félicitations de Denis Masseglia, le président du Comité national olympique et sportif français, fait un détour par le siège d’EDF (partenaire de la FFN) pour une séance de dédicaces et remonté les Champs-Elysées sur un bus à impériale, ils ont été invités à déjeuner à l’Elysée.

Sur le perron du palais présidentiel, l’atmosphère est détendue. Camille Lacourt amuse la galerie en posant aux côtés d’un garde républicain. La joyeuse bande entre ensuite dans le prestigieux bâtiment. « On a l’impression d’être dans un musée, glisse Agnel. C’est assez impressionnant. »

Direction la terrasse de l’Elysée et sa venue imprenable sur les jardins. Deux tables sont dressées. Quelques petits fours sont rapidement engloutis en attendant le Président. Après avoir glissé un mot à chaque nageur, Nicolas Sarkozy s’installe entre Amaury Leveaux et Yannick Agnel. Rama Yade, la Secrétaire d’Etat aux Sports et Francis Luyce, le président de la FFN, se joignent à eux. De l’autre côté, la Ministre de la Santé et des Sports Roselyne Bachelot discute avec son chouchou Alain Bernard. Sous l’œil amusé du premier Ministre François Fillon.

Leveaux : « J’ai essayé de ne pas trop faire le goinfre ! »

Au menu, plusieurs petites assiettes avec notamment : gambas en brochette, pastèque ornée d’une petite feuille de menthe, pâtes, viande, crêpes et tartelettes aux fraises. « C’était vraiment bon. Nos impôts ne partent pas n’importe où, sourit Leveaux. Comme j’étais à la droite du président j’ai quand même essayé de ne pas trop faire le goinfre ! »

Pour digérer, les nageurs s’offrent une ballade dans les jardins présidentiels. Et en profitent pour poser avec leurs hôtes devant les objectifs. Particulièrement détendu, Nicolas Sarkozy s’extirpe du groupe et lance au photographe : « Est-ce que je suis beau au moins sur la photo ? » Après avoir vérifier sur l’écran de l’appareil, le chef de l’Etat rajoute en souriant : « Bon, je crois qu’on peut en refaire une ! »

Peu après 15 heures, une partie des médaillés se disperse dans la nature. L’autre s’offre une ultime virée à bord du bus à impériale. Ils méritaient bien ça.

Alexandre Jaquin avec Julien Richard