RMC Sport

Manaudou, entre ombre et lumière

Laure Manaudou

Laure Manaudou - -

L’annonce du retour à la compétition de Laure Manaudou, dimanche, a divisé le petit monde de la natation. L’aura médiatique de la star inquiète certains nageurs autant qu’il réjouit les suiveurs. Tour d’horizon d’un phénomène annoncé.

Le positif : Plein phare sur la natation

L’entourage proche de Laure Manaudou a évidemment contribué au retour à la compétition de la nageuse. Au-delà de Frédérick Bousquet, son compagnon, et de Florent, son frère, c’est toute la natation qui a été éclaboussée par la révélation de ce secret de polichinelle. Francis Luyce, président de la Fédération, se frotte déjà les mains. Logique quand on sait que les performances de Laure Manaudou ont attiré les projecteurs vers la natation depuis 2004. « Ce n’est que du bonheur d’imaginer qu’elle se fasse plaisir, qu’elle gagne, mais aussi pour le collectif », s’est-il réjoui.

Dans son sillage, la native de Villeurbanne a tiré vers le haut la sélection française, devenue depuis la meilleure nation européenne. Impossible donc de ne pas songer aux retombées de cette annonce. Dès dimanche, toute l’attention était focalisée sur Laure Manaudou. Un moteur pour certains dont Yannick Agnel : « Ça ne peut faire que du bien aux petits jeunes de l’équipe de France ». Alain Bernard et Camille Lacourt, en bisbilles ces derniers jours, bénéficient aussi de ce retour au premier plan. L’attention dont ils étaient sujets se tournera vers la triple championne olympique.

Le négatif : Un retour qui fait de l’ombre

La journée de dimanche a donné un aperçu de l’attente suscitée. L’émulation de son annonce a relégué au second plan les résultats de la deuxième journée de l’Open EDF. Voilà ce qui attend les nouvelles stars françaises (Bernard, Lacourt, Agnel) mais aussi les membres plus « anonymes » de l’équipe se France. Un peu comme en athlétisme ou Christophe Lemaitre est au cœur de toutes les conversations. « On nous demande tout le temps de parler de natation et de nos courses. Mais on a l’impression que tout ce qui est à côté prend beaucoup plus de place, s’est agacée Camille Muffat. C’est gênant quand on fait des bonnes performances et qu’on ne nous parle pas de ça. »

D’un point de vue sportif, le retour suscite de la curiosité et de l’attente. Après avoir brillé sur 400m, elle se concentrera sur le 200m, 100m et le dos (100m et 200m). Reste à savoir si elle retrouvera son niveau qu’il était le sien avant de prendre sa retraite. « Je suis curieuse de voir à quel niveau va arriver Laure. Elle va devoir travailler son 200m », glisse sa rivale, l’Italienne Federica Pellegrini. La bataille à distance avec cette dernière ne manquera d’ailleurs pas de faire les choux gras de la presse. Comme bien d’autres thèmes.