RMC Sport

Monclar : « Agnel est solide, déterminé et structuré »

Jacques Monclar

Jacques Monclar - -

Jacques Monclar, membre de la Dream Team RMC Sport, revient sur le départ de Yannick Agnel, double champion olympique de natation, vers les Etats-Unis. L’ancien entraîneur de basket est plus inquiet pour le club de Nice que pour le prodige français.

« Il est marqué dans un communiqué : ‘‘en accord avec la Fédération, Yannick Agnel ne participera pas aux épreuves individuelles aux championnats du monde de Barcelone’’. C’est là où ça devient cavalier parce qu’apparemment, il aurait eu des contacts avec la Fédération Française de Natation et le DTN (Lionel Horter, ndlr), donc dans le dos de Fabrice Pellerin, son désormais ex-entraineur au club de Nice. Je crois que dans l’évolution, quand on est entraineur, on est un formateur et on accompagne un développement.

Il arrive un moment où il faut peut-être changer de voie, changer de méthode et ne plus avoir la même personne en face de toi. On peut le comprendre mais quand une ville comme celle de Nice, qui est formidable dans l’impact sur ce qu’elle a fait dans le sport, je suis sidéré qu’on ne mette pas les gens sous contrat et qu’on ne contractualise pas une présence. Fabrice Pellerin nous disait ce samedi dans l’Intégrale Sport sur RMC que ça ne remettait pas en cause le projet, mais l’image est détériorée. On a perdu le sommet de la pyramide.

« Agnel saura ce qu’il doit à Pellerin »

Je peux tout comprendre mais ce qui me surprend, même si rien n’est signé avec Bob Bowman, l’ancien entraineur de Michael Phelps, c’est qu’il parte comme s’il sautait dans le vide et qu’il n’y ait pas de concertation, un peu à la manière de ce qu’a fait Renaud Lavillenie avec son entraineur précédent. Entraineur n’est pas un métier où la reconnaissance est instantanée, mais d’ici deux, trois ou quatre ans, Yannick Agnel saura ce qu’il doit à Pellerin, à l’image de Laure Manaudou avec Philippe Lucas, Marie-José Pérec avec Jacques Piasenta et d’autres…

Je comprends que Yannick ait envie de nager ailleurs avec d’autres méthodes, une autre approche et une autre civilisation. Pour l’avoir vu évoluer, aux Jeux Olympiques de Londres notamment, il a l’air particulièrement solide dans sa tête, déterminé et structuré. Aux Etats-Unis, un athlète d’athlétisme ou de natation n’est pas une superstar. Partir loin n’empêche pas l’ambition de rester au plus haut niveau. Yannick est plein d’ambition, il a envie de s’inscrire dans la durée. La seule chose qu’on peut lui reprocher, c’est sa communication avec les gens qui l’ont amené à ce niveau-là. »

A lire aussi

>> Agnel prend la direction des Etats-Unis

>> Yannick Agnel : un départ et des questions

>> Fabrice Pellerin : « Etre champion du monde, ce n’était pas la mer à boire… »

Jacques Monclar