RMC Sport

Mondiaux : F.Manaudou, le premier couac

Florent Manaudou

Florent Manaudou - -

Florent Manaudou, le champion olympique du 50m, n’a pu faire mieux qu’une 5e place en finale des Mondiaux de Barcelone. Un premier échec dans la carrière du jeune Marseillais. Explications.

Florent Manaudou connait désormais l’échec. Arrivé à Barcelone avec le costume de champion olympique du 50m, le Marseillais avait impressionné lors de ces Mondiaux catalans. Ses 21’’37 en demi-finales vendredi l’avaient même encore grandi. Oui, Manaudou allait tout casser. Seulement la vérité d’un jour n’est pas forcément celle du lendemain. Surtout en natation. Et ce samedi, non seulement Cesar Cielo a conservé son titre mondial, mais Florent Manaudou a terminé à une très décevante 5e place. « Ce côté illogique fait partie du sport, remarque son complice Frédérick Bousquet, dernier de la finale. On a vu un athlète très performant la veille de la finale, en contrôle de tout ce qu’il fait, et qui a du mal à rééditer sa performance. »

A 22 ans, le frère de Laure est donc confronté à l’échec pour la première fois de sa carrière. Egal à lui-même, l’intéressé n’est pourtant pas franchement abattu. « Un échec va me faire du bien pour rebondir. Il me reste trois ans pour aller jusqu’aux Jeux de Rio. Ce sera une belle revanche. » Pas assez concerné ou trop « je m’en foutiste », le Marseillais ? Son coach le défend. « Il n’a pas à être déstabilisé dans le mesure où il fait 21’’37 et le champion du monde 21’’32, souligne Romain Barnier. Et c’est lui qui a nagé le plus vite sur toute la saison. »

Son entraîneur en colère contre… le starter !

Mais avant les Jeux Olympiques de 2016 sur lesquels se projette déjà Florent Manaudou, il lui faudra d’abord analyser ce qui n’a pas fonctionné à Barcelone. « Florent a nagé moins vite et la concurrence plus vite », note son coach Romain Barnier, qui connait surtout l’importance du départ sur une distance aussi courte que le 50m. « Il a été bon mais ce n’est pas celui qu’on lui connait, regrette Barnier. Je suis un peu en colère contre le starter, que j’ai trouvé un peu trop rapide. Et puis n’oublions pas que les autres ont aussi appris à étudier son point fort. Ils se sont rapprochés. Ça fait partie des circonstances de course. »

Après une année à gérer le succès post-olympique, Florent Manaudou va découvrir ce qu’est une saison marquée par une déception. « Ça fait partie de l’apprentissage, prévient Frédérick Bousquet qui sait de quoi il parle à propos de rebonds. On ne lui souhaite pas de vivre ce genre d’évènements, mais il est encore très jeune. Et ça, ça ne va faire que le renforcer. »

A lire aussi :

Cielo : « Je n'en reviens pas ! »

F. Manaudou : « Un échec qui va me faire du bien »

Bousquet : « Difficile d’avoir de la déception »

Aurélien Brossier avec CG, FG et JR à Barcelone